Berserkers / Alex Evans

Berserkers / Alex Evans

couverture du roman berserkers de alex evans

Les épopées urbaines

Venue à l’enterrement de son ex, mort dans des circonstances étranges, Clara ne s’attendait pas à hériter de ses problèmes. Le premier est un artefact ancien qui a mystérieusement disparu. Le deuxième est un détective écossais sexy et trop cool pour être honnête. Le troisième est que les rues d’Édimbourg sont hantées par d’étranges créatures, particulièrement intéressées par la jeune femme.

Avis : En début d’année, j’ai lu La magie pour débutants que j’avais beaucoup apprécié. Alors, lorsque j’ai vu qu’Alex Evans sortait un nouveau titre dans son monde des Épopées urbaines, je n’ai pas hésité une minute. Surtout que Berserkers promettait d’être un bon roman d’urban fantasy comme je les aime.

Nous retournons à Oxford, où la communauté scientifique est en émoi suite à la découverte que la magie est réapparue dans notre monde. Clara, elle, y revient forcée par les circonstances. Son ex, drogué patenté, a fini par faire le saut de l’ange et Clara a promis à sa mère, restée en France, de faire le nécessaire pour l’inhumation. Seulement voilà, Arthur était dans les embrouilles jusqu’au cou et Clara, en tant qu’ « héritière » se retrouve à devoir gérer les pots cassés. Pour commencer il était soupçonné d’avoir volé un artefact lié à la magie, il était également toujours en lien avec un laboratoire de recherche aux méthodes douteuses qui était justement la raison principale du départ de Clara, et pour couronner le tout, un tueur en série fou furieux rode dans les rues.

Si je l’ai trouvé moins original que La magie pour débutants – mais l’univers m’est désormais connu -, j’ai néanmoins beaucoup aimé Berserkers. On y retrouve tous les codes du genre : une intrigue dynamique, des mystères à résoudre et des créatures surnaturelles – les djinns se mêlent aux berserkers, ces hommes qui naissent avec la capacité de se transformer en animal -, une pointe de romance. Et même si la révélation finale sur Clara est prévisible, ce n’est pas très gênant, car ça arrive vraiment à la toute fin et qu’il n’y avait pas trop d’interrogations sur cette question.

Ma lecture de Berserkers ne m’a pas déçue et c’est avec plaisir que je lirai un nouveau tome dans cet univers.

Roman autoédité

logo hold my sfff challengelogo du challenge british mysteries

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *