La Porteuse de Mort / Stark Holborn

La Porteuse de Mort / Stark Holborn

couverture du roman La Porteuse de Mort de Stark Holborn

Ancienne médecin militaire, elle répond au nom de Dix Low, car elle a passé dix ans en prison. Depuis la fin de la guerre, elle survit sur Factis, une lune pénitentiaire désertique qu’on dit hantée par une espèce extraterrestre énigmatique et invisible : les Si. Parce qu’elle entretient un rapport particulier, intime, avec les Si, on la surnomme la Porteuse de mort. Une nuit, Dix Low sauve la seule survivante de l’épave d’un vaisseau spatial qui vient d’être abattu. Première surprise : Gabriella Ortiz n’est pas une adolescente ordinaire. Issue d’un programme de génétique militaire, elle est générale, rien que ça. Plus surprenant encore : le crash n’était pas une attaque opportune, mais une tentative d’assassinat ciblé.Pour essayer de quitter Factis et échapper à leurs nombreux poursuivants, les deux femmes, issues de camps adverses, mettent de côté leur inimitié et concluent un pacte… qui pourrait bien voler en éclats si Ortiz découvre le rôle véritable que la Porteuse de mort a joué durant la guerre.

Avis : La porteuse de mort… Comment résister à un titre pareil, dites-moi ? Eh bien, personnellement je ne peux pas !

Stark Holborn nous invite avec ce one-shot bien troussé à un planet-opera d’action au petits airs « mad-maxiens ». Il faut dire que Factis, lune perdue dans le trou-du-c** de l’univers n’est pas des plus hospitalières : l’air y est rare, l’odeur insupportable, les gangs y font la loi, l’Accord ne fait que semblant de s’en occuper et laisse les populations crever de faim… et puis bien sûr, il y a les Si. Des entités que tout le monde ignore mais que tous savent présentes. Des entités qui ont une prédilection pour la roulette russe version mystique. Il ne fait pas bon trainer dans leur entourage. Pas de chance pour Dix Low, ancienne médecin militaire tenue au Compte, il semble qu’ils lui collent aux basques ! Un lien qui n’a pas été sans m’évoquer très fortement Andrea Cort et ses démons invisibles 😉

L’autrice créé ici un monde qui patauge dans la fange, après une guerre stellaire particulièrement sanglante qui, comme toute guerre, n’a pas brillé par son éthique. Aux actions de guérillas, d’infiltration et trahison, ajoutez la manipulation génétique pour créer des surhommes (ou ici des « surenfants ») et vous obtiendrez un tableau assez réaliste. C’est dans ce contexte que Dix Low va prendre en charge une de ces « enfants », la générale Gabriela Ortiz, après que celle-ci ait été blessée dans le crash de sa navette. Et c’est la que les ennuis commencent !

Le petit truc en plus de La porteuse de mort c’est que nous avons-là 3 héroïnes fortes, de vraies dures à cuire qui ne s’en laissent pas compter. Stark Holborn s’amuse visiblement à démonter les stéréotypes féminins, plaçant en plus ces 3 femmes dans un décor reprenant les codes du western. Mais ici point de prostituée, de douce jeune fille en détresse, ou de prisonnière des indiens !

La Porteuse de Mort de Stark Holborn est un roman publié aux éditions Albin Michel -(Imaginaire) – Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Laurent Philibert-Caillat

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
2
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x