Une voisine encombrante / Shari Lapena

Une voisine encombrante / Shari Lapena

couverture du roman Une voisine encombrante de Shari Lapena

Aylesford, une banlieue new-yorkaise pleine de charme, offre à ses habitants une qualité de vie exceptionnelle. Pourtant un adolescent y a pris la mauvaise habitude d’entrer par effraction chez ses voisins et de fouiller dans leurs ordinateurs. Lorsque les victimes reçoivent une lettre anonyme à ce sujet, les rumeurs vont bon train et la suspicion monte. Qui est ce visiteur clandestin et où ce sale gamin est-il allé fourrer son nez ? Quand la belle et séductrice Amanda Pierce est retrouvée morte au fond d’un lac de la région, la tension atteint son point de rupture…

Avis : L’année dernière j’avais totalement adoré Un assassin parmi nous, un whodunit terriblement addictif. Avec Une voisine encombrante, Shari Lapena revient dans les rangs du thriller domestique, auquel elle nous avait habitué.

Et il faut le dire, les héroïnes que nous allons suivre ici, Olivia, Glenda, Becky, Carmine, sont de vraies desperate housewives (mais en moins attachantes que Lynette, Bree, Suasan et Gaby). Shari Lapena dépeint des personnages égoïstes qui ne pensent qu’à la manière dont cette mort et cette enquête (une de leur voisine a été retrouvée au fond du lac) vont impacter leurs vies. Jamais à cette pauvre femme assassinée. Ok, elle était volage et aguicheuse, mais est-ce qu’elle méritait pour autant de mourir sous les coups de marteau ? Parfois, elles sont tristes pour leurs voisines, mais absolument jamais pour la victime. J’avoue, ça ne me les a pas rendues très sympathiques.

Dans cette histoire, tout le monde ment et à quelque chose à cacher. Ce quartier résidentiel où il fait supposément bon vivre, se révèle aussi petit et mesquin qu’ailleurs. Le bon voisinage est un mythe, et l’étiquette d’une voisine encombrante pourrait coller à chacune des protagonistes à un moment ou à un autre. Ce qui va donner bien du fil à retordre à la police !

Rythmé entre les différents points de vue, et particulièrement celui des enquêteurs, le roman est plutôt prenant. Je me suis toutefois doutée dès la moitié du livre de ce qu’il s’était passé, ce qui a un peu délayé mon intérêt, jusqu’à la dernière partie où le rythme s’accélère et m’a reboostée. Et j’avais deviné… presque !… tout juste.

Roman publié aux éditions Presses de la cité (Sang d’encre) – Traduit de l’anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec

logo challenge dames en noir 3e edition

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
6
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x