L’inconnu de la forêt / Harlan Coben

L’inconnu de la forêt / Harlan Coben

couverture du roman l'inconnu de la foret de harlan coben

Wilde. Son nom est une énigme, tout comme son passé. Il a grandi dans les bois. Seul. Aujourd’hui, c’est un enquêteur aux méthodes très spéciales. Vous ignorez tout de lui.
Il est pourtant le seul à pouvoir retrouver votre fille et cet autre lycéen disparu. Le seul à pouvoir les délivrer d’un chantage cruel. D’un piège aux ramifications inimaginables.
Mais ne le perdez pas de vue. Car, dans la forêt, nombreux sont les dangers et rares sont les chemins qui ramènent à la maison.

Avis : Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu de Harlan Coben ! Pourtant, j’ai adoré ses premiers romans. Et puis un jour je me suis lassée, je trouvais le schéma répétitif, j’avais l’impression de toujours lire un peu le même livre, et je n’appréciais pas spécialement les Bolitar. J’ai eu envie d’y revenir avec L’inconnu de la forêt, qui avait l’air de proposer une histoire différente de ce dont je me souvenais. Eh bien vous savez quoi ? Harlan Coben fait toujours du Coben 😉

Wilde, « l’enfant de la forêt », est devenu enquêteur à ses heures perdues. Lorsque son filleul se retrouve plus ou moins mêlé à la disparition d’une de ses camarades de classe, il s’associe avec la grand-mère du jeune homme, une redoutable avocate pénaliste afin de faire la lumière sur cette histoire.

Alors disons-le tout de suite, il n’y aura pas de traque dans la forêt, pas de battue dans les bois, pas de corps à corps avec la nature… ou quoi que ce soit du genre. Oui, c’est l’impression que la 4e de couverture m’avait donné à moi ! L’inconnu de la forêt joue plutôt sur le registre du harcèlement scolaire, des privilèges de la richesse et de la popularité et des magouilles politiques.

La première chose qui m’a marquée dans le roman, c’est l’écriture. Je ne m’en souvenais pas comme ça. Et j’ai moyennement apprécié. Oh le style est fluide, efficace, l’histoire se lit vite et on ne s’ennuie pas. Mais j’ai eu la sensation d’être bien trop prise par la main. Il y a des répétitions, parfois de conversations entières, et des explications bien trop détaillées des évènements, jusqu’au jeu de mot de l’auteur. De peur que le lecteur ne comprenne pas tout seul ? C’est un peu vexant !

Il y a tout de même une chose qui m’a vraiment plu, c’est le personnage d’Hester. Voilà un sacré numéro ! J’aimerais avoir autant d’énergie aujourd’hui qu’elle à 70 ans ! Et surtout sa répartie ! Super mamie a l’esprit vif et acéré, ses piques apportent beaucoup d’humour au roman.

Un mot sur la fin. Je l’avoue je n’ai pas vu venir les révélations finales. Malgré tout, et aussi paradoxal que cela paraisse, elles ne m’ont pas surprises. Elles sont trop typées « Coben ». De plus, la première, m’a semblé très mal amenée. Elle avait plus l’air d’être là pour dire au lecteur « ah ! ah ! je vous ai eu ! » que de trouver une véritable cohérence dans le récit.

Je pense que L’inconnu de la forêt n’est que le premier tome d’une nouvelle série. Harlan Coben met en place trop d’éléments autour de son héros, Wilde, et particulièrement le mystère qui entoure son enfance, pour s’arrêter là. Rien que le titre choisi pour ce roman l’indique puisqu’il fait référence directement à Wilde, et non à l’intrigue mise en place ici.

Roman publié aux éditions Belfond – Traduit de l’américain par Roxane Azimi

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
4
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x