Skeleton Coast / Laurent Whale

Skeleton Coast / Laurent Whale

Sur la face atlantique Namibienne, existe un champ de récifs noyé de brouillard nommé Côte des squelettes, cimetière de milliers de navires. Le nom vient des quantités d’ossements de cétacés qu’on y trouve. Mais pas seulement.
Angeline, médecin pour une ONG en Afrique, disparaît. Son père, enseignant en France, part à sa recherche. Rapidement, il réalise que l’État et les diplomates ne lui seront d’aucune aide et que ses questions dérangent. Dans quel pétrin sa fille s’est-elle mise ? Bien vite, il est embarqué au cœur d’une affaire qui le dépasse, dans un pays sous contrôle militaire… Il va devoir puiser des forces insoupçonnées dans son amour paternel, pour, au risque de sa vie, de savanes en forêts vierges, suivre la trace des mercenaires.

Avis : Laurent Whale, j’ai eu des expériences très réussies, et d’autres un peu plus mitigées avec ses écrits. Mais comme j’apprécie généralement son sens de l’aventure, j’ai donc eu envie de tester son dernier roman, Skeleton Coast, un thriller écologique. Et bon, j’avoue, sa superbe couverture, n’y a pas été pour rien non plus.

Lorsqu’Angeline Grangier, disparaît soudain alors qu’elle était en mission pour une ONG en Afrique, son père, Richard, n’hésite pas à abandonner la sécurité de la France pour aller lui-même chercher sa fille. Mais très vite les choses dérapent, le gouvernement français se désintéresse de l’affaire, son guide est tué, et il est accusé du crime. Le voilà seul en Namibie, sans ressources et sans aide, mais doté d’une volonté inflexible pour retrouver le dernier membre de sa famille.

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans Skeleton Coast. Passé l’entrée en matière, la première partie retrouve un Richard aux abois, qui se cache tant bien que mal sur la cote namibienne, 5 ans après la disparition de sa fille. Ce saut dans le temps m’a perturbée, et j’ai trouvé long le passage où on le suit, seul, alors qu’il part pour tenter à nouveau de trouver des indices. Pour moi, le roman ne débute vraiment que dans la 2e partie, lorsqu’il commence à entrer en interaction avec d’autres personnes.

À partir de là, c’est un concentré d’action que nous offre Laurent Whale avec son Skeleton Coast. Richard va se retrouver au cœur des magouilles politiques et mettre au jour la violence et la corruption de ce continent qui survit tant bien que mal – et plus mal que bien. Malgré lui il va découvrir l’horrible vérité cachée sous le tapis : des sites d’enfouissement de déchets nucléaires dont la France n’est pas le dernier utilisateur… Présenté comme un thriller écologique, Skeleton Coast est aussi (et avant tout ?) un thriller politique. Car notre bon vieux gouvernement va se révéler, sous la plume de l’auteur, tout aussi gangréné par la corruption et les politiciens sans scrupules.

Et si un Français qui fouille partout dérangeait, un Français qui a trouvé devient soudain l’homme à abattre. On plonge avec lui dans une aventure qui va à 100 à l’heure et ne cesse de rebondir. Trop ? Peut-être. Mais le rythme ne faiblit pas et nous tient captif dans les décors luxuriants et moites de l’Afrique.

Un roman à recommander aussi bien aux amateurs d’action et d’aventures, que de récits engagés. J’aurais toutefois apprécié une postface ou au moins une bibliographie à la fin pour que l’auteur présente ses références.

Roman publié aux éditions Au diable vauvert

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x