Une furie en ville / Annabel Chase

Une furie en ville / Annabel Chase

couverture du roman une furie en ville de annabel chase

Bureau Fédéral de la Magie, Tome 1

Une famille exaspérante mais aimante ? Check. Une petite ville pittoresque et un chef de police sexy ? Check. Un chien des Enfers abandonné, un chat noir au sale caractère, et un python de compagnie qui se prend pour un chiot ? Triple check. Mon histoire vous rappelle un conte de fée un peu cul cul la praline ? Raté ! Il y a un léger détail… Je suis maléfique. Ma nature et mon éducation devraient faire de moi quelqu’un de mauvais, mais je lutte contre cette facette de ma personnalité de toutes mes forces. Tout ce que je désire, c’est vivre une vie normale. J’ai même rejoint le FBI et non le Bureau Fédéral de la Magie, comme j’aurais dû le faire. Mais mes pouvoirs en ont décidé autrement, et l’Agence m’a renvoyée dans ma ville natale pour combattre les crimes magiques. Me voilà de retour à Chipping Cheddar, au milieu de ma famille – maléfique, bien entendu -, un nouveau job sur les bras, et les casseroles de mon passé derrière moi. Oh, j’ai oublié, en plus, il y a un cadavre. Et il ne s’agit pas d’un accident. Donc, bienvenue dans mon monde !

Avis : Vous me connaissez, normalement j’adore ce genre de série, et Bureau Fédéral de la Magie promettait beaucoup : mélange de cosy mystery et d’urban fantasy, de l’humour… Lorsque Melliane a proposé un nouveau blog tour sur le premier tome, Une furie en ville, j’ai donc sauté à pieds joints. Malheureusement, je me suis crashée à l’atterrissage.

Nous suivons ici Eden Fury qui, après avoir quitté sa famille de démons et sorcières en tous genres pour intégrer le FBI est obligée de rentrer chez elle après s’être laissée déborder par ses pouvoirs. Elle est mutée au pendant magique du Bureau, le BFM. Seule furie de sa famille depuis plusieurs générations, elle refuse son héritage et ne souhaite rien d’autre qu’être humaine.

Malgré un début qui m’a paru un peu abracadabrantesque, et vite expédié, j’étais toute prête à suspendre mon incrédulité. Et la famille totalement farfelue d’Eden ainsi que l’humour un peu potache auraient pu m’emporter… sans l’intrigue policière, totalement ratée. Je vais un peu spoiler les étapes de celle-ci pour vous expliquer ça, donc si vous souhaitez le lire je vous conseille de sauter le paragraphe suivant.

Lorsque le chef de la police de la petite ville balnéaire de Chipping Cheddar est retrouvé mort noyé, son adjoint conclut aussitôt à l’homicide car le monsieur avait une peur panique de l’eau et ne s’en approchait jamais. Sauf que c’est totalement faux, et que l’on en a la preuve quelques pages plus loin, lorsqu’un témoin raconte qu’il était venu le voir sur son bateau. Sur l’eau donc. Oups. Ensuite, alors qu’Eden insiste lourdement pour être intégrée à l’enquête, que fait-elle ? Elle rentre chez elle. Au milieu de la journée. Plutôt que de commencer son enquête. Parce que tout le monde va être si triste… Oups 2. Et quand enfin elle s’attaque au problème en compagnie du nouveau chef-de-police-sexy elle déplore le manque de pistes. Mais c’est logique : elle attend qu’elles lui tombent tout cuit dans la bouche ! Car à part interroger la veuve et le frère, il n’y a strictement aucun travail d’investigation. Oups 3. Il y a également un oups 4 et un oups 5, mais je vais vous les épargner.

Donc vous comprendrez que même si Eden est globalement sympathique et rigolote, j’ai eu du mal à croire que cette fille soit agent du FBI. De plus elle n’est absolument pas maléfique comme le prétend la 4e, c’est juste une gentille fille qui ne sait pas contrôler ses pouvoirs car elle n’a jamais pris la peine d’apprendre. Le chef de la police ne sert pas à grand-chose non plus à part pour jouer le rôle du beau gosse, et love interest de la demoiselle.

Lorsque j’ai commencé à lire Une furie en ville j’ai été déçue de voir qu’il était si court (165 pages sur ma liseuse, 240 annoncées pour la version papier) et cela explique sans doute les raccourcis de l’intrigue. Au final, j’ai été soulagée car ça m’a permis d’en finir plus vite. Vous imaginez bien que le tome 2 sera sans moi du coup 😉

Roman publié aux éditions Alter Real – Traduit par Delhia Alby

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
6
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x