La fille qui voit / Dima Zales

La fille qui voit / Dima Zales

Couverture du tome 1 de Sacha Urban, La fille qui voit, de Dima Zales

Sasha Urban, Tome 1

Je suis illusionniste, pas médium. Mon passage à la télé est censé faire progresser ma carrière, mais les choses se passent mal…
… du genre vampires et zombies.
Je m’appelle Sasha Urban et voici comment j’ai appris ce que je suis.

Avis : J’ai adoré La fille qui voit ! De toutes les nouvelles séries d’urban fantasy que j’ai découvert depuis 1 ou 2 ans, Sasha Urban se place directement dans mon top ! Pourquoi ? Principalement parce que c’est différent. Même si on y retrouve tous les éléments habituels de ce genre de série, ils sont arrangés d’une manière originale et c’est vraiment rafraîchissant.

La fille qui voit c’est l’histoire de Sasha Urban. Elle travaille pour un fonds spéculatif, où elle est une ressource précieuse pour son patron grâce à son don d’analyse extraordinaire. Mais Sasha elle, ne rêve que de laisser tomber ce job alimentaire pour devenir mentaliste à la télévision. En attendant, elle pratique ses tours d’illusionniste dans un restaurant. Seulement voilà, le jour où elle tient enfin sa chance de se faire connaître, un homme l’attaque sur le plateau télé où elle a été invitée pour faire une démonstration. À partir de là, tout va de mal en pis, et les agressions se multiplient.

Sasha est très attachante. Et ce qui la démarque, c’est que c’est une fille « normale ». Elle exerce un job qu’elle déteste, fantasme légèrement sur son patron (qu’elle déteste aussi), rêve de devenir célèbre et de faire reconnaître les femmes illusionnistes, et elle est littéralement terrifiée à l’idée de parler en public. Elle a été abandonnée par ses parents biologiques alors qu’elle était toute jeune et a une relation compliquée avec la famille qui l’a adoptée. Bref, on est loin de la fille badass et sûre d’elle. Et elle est ra-tion-nelle.

L’intrigue est très prenante et dynamique car comme Sasha, on ne sait pas où on va. Tout est nouveau et surprenant. Et vraiment bizarre. Car enfin pourquoi quelqu’un pourrait-il lui vouloir du mal ? Pourquoi ces hommes ont-ils le teint si gris, cette façon étrangement saccadée de se déplacer ? Heureusement qu’elle ne croit pas aux zombies ! Et pourquoi a-t-elle rêvé de cette femme mutilant des cadavres ? Sasha n’est pas voyante, la magie, la vraie magie, ça n’existe pas. Tout est tours de passe-passe et artifices, il faut juste trouver le « truc ».

Le monde présenté est nouveau, et on n’en aperçoit que le sommet dans ce premier tome. Il y a encore beaucoup de mystères et de questions à résoudre, notamment sur la filiation de Sasha. La fille qui voit m’a tellement emballée que je n’ai qu’une envie : me précipiter sur le suivant, La diseuse de mésaventure, qui est déjà sorti 🙂

Roman paru aux éditions Mozaïka – Traduit de l’anglais par Suzanne Voogd

Lire aussi l’avis de Melliane

logo du challenge abc imaginaire 2020

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *