Le magicien quantique / Derek Künsken

Le magicien quantique / Derek Künsken

Couverture de Le magicien quantique de Derek Kunsken

Belisarius Arjona est un homme quantique. Ses pairs ont été créés pour pousser les capacités cognitives de l’humain à un niveau extrême. En fugue quantique, Belisarius est capable de transformer la probabilité en réalité. Toujours sur le fil, de par sa nature-même, il a trouvé un équilibre précaire en tant qu’escroc. Et quand un client lui offre une immense richesse pour déplacer une flotte de vaisseaux de guerre à travers un trou de ver ennemi, Belisarius accepte la mission et se met en quête d’un équipage composé de post-humains comme lui, mais aussi d’une Intelligence Artificielle surpuissante répondant au doux nom de saint Mathieu. Réussiront-ils leur mission, au risque de déclencher une guerre interstellaire ?

Avis : Belisarius est un homo quantus qui a choisi de quitter son foyer – sa cage – pour mener une vie, loin des siens certes, mais libre de ses actes et décisions. Pour satisfaire les besoins de son gigantesque cerveau il s’est spécialisé dans les arnaques en tous genres. Et la dernière affaire qu’on lui propose a de quoi le combler au-delà de toute mesure : faire passer 12 vaisseaux de guerre aux nez et à la barbe des Fantoches, la nation la plus effrayante de la galaxie. Pour cette mission réputée impossible, il va recruter une équipe du tonnerre : un nageur en eau profonde, un généticien, une experte en explosifs, un infiltré, un bouc émissaire, une IA surdéveloppée, et un autre homo quantus.

Dès que j’ai entendu parler du Magicien quantique, je n’ai plus eu qu’une seule envie : le lire. Vous rigolez ? Un roman que l’on associe à la franchise Ocean’s, mais dans l’espace ? Ça promettait d’être génial. Alors est-ce qu’il tient toutes ses promesses ? Oui et non. Explications.

Oui, parce qu’il est en effet fun, plein d’humour et de chausses trappes. La galerie de protagonistes est haute en couleurs et c’est à leurs interactions que l’on doit la majorité de l’humour du roman. Leurs échanges sont souvent piquants, leurs actions décomplexées. L’intrigue est menée de manière classique, mais efficace : recrutement, préparation, mise en œuvre. Accompagnée d’une vague sensation d’être soi-même en train de se faire arnaquer. Et soyons honnêtes, on aurait été déçus de ne pas l’être ! Le récit est enlevé, l’action bien présente, les personnages – touchants, drôles ou révoltants – ne laissent pas indifférent. Tout pour passer un bon moment de lecture.

Non, parce qu’il est quand même un poil ardu à lire, et qu’il m’est arrivé plusieurs fois de devoir relire un paragraphe pour bien en saisir l’idée. Derek Künsken ne propose pas une simple arnaque flamboyante. Pour la mener à bien, physique quantique et mathématiques auront leur rôle à jouer ! Son roman est également bien plus noir que ce à quoi je m’attendais ! Certains passages sont très violents et dérangeants. Donc suivant le type de lecteur que vous êtes, ceci n’est qu’un faux négatif 😉

Par ses idées, Le magicien quantique va au-delà du fun. Lorsque je regarde Ocean’s eleven, je ne me pose pas vraiment de questions sur le sens de la vie. L’air de ne pas y toucher, Derek Künsken lui, s’interroge sur la notion d’identité, sur les manipulations génétiques, l’évolution, la liberté et le libre arbitre, la religion. C’est effrayant, grinçant, questionnant.

Roman publié aux éditions Albin Michel (Imaginaire) – Traduit de l’anglais (Canada) par Gilles Goullet

Lire aussi l’avis du Chien et du Troll
logo du challenge abc imaginaire 2020

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *