Rouge Venom / Morgane Caussarieu

Rouge Venom / Morgane Caussarieu

Couverture de Rouge Venom de Morgane Caussarieu

Rouge Toxic, Tome 2

Irrésistible. Venimeuse. Cannibale. Son sang ensorcelant est un poison. Elle nous appâte comme la plante carnivore les mouches. Elle n’existe que pour nous dévorer jusqu’au dernier. Tant mieux. Nous sommes des monstres. Elle, c’est Barbie. Barbie, contre les vampires. Et moi, Faruk, je l’aime à en mourir.

Avis : J’avais passé un bon moment avec Rouge toxic, j’en avais trouvé l’histoire amusante et se jouant des clichés. Je n’ai donc pas trop tardé pour découvrir la suite, Rouge venom, à sa sortie. Malheureusement, ça ne s’est pas aussi bien passé que la première fois…

Ça a mal commencé avec la première partie. On y retrouve Barbie et Faruk qui partagent un appartement à la Nouvelle-Orléans avec JF et Emma. Barbie fait la gueule, Faruk essaie de rester sobre et JF tente de le dévoyer en provoquant tout le monde, Emma continue, elle, à travailler sur son sérum. Je n’ai pas compris leur ménagerie, et pire j’avais l’impression de me retrouver dans un vaudeville, et pas un bon.

Cela s’arrange lorsque les choses commencent à bouger, à l’arrivée de Jay notamment, puis lors de leur recherche du premier vampire. L’histoire devient alors plus prenante et intéressante. Noire aussi, l’hémoglobine coule à flot, les gentils ça n’existe pas et tout le monde veut tuer tout le monde. L’absence d’humour ne permet pas d’alléger l’ambiance poisseuse, et c’est bien là ce qui m’a le plus manqué. Je n’ai pas retrouvé cette touche décalée et humoristique que j’avais tant apprécié dans le premier tome.

Concernant les personnages, Morgane Caussarieu multiplie cette fois les points de vue et accorde à chacun son temps de parole. Si cela permet de dynamiser le récit, en le rendant très vivant et rythmé, j’avoue n’en avoir apprécié aucun. J’ai eu beaucoup de mal avec la voix de Jay et son parler « djeuns », heureusement ce n’était pas tout le temps comme ça. Mais j’ai trouvé Barbie insupportable, Faruk apathique, et Emma à côté de ses pompes. Seuls JF et Gabriel étaient un peu plus moteurs, mais ils n’ont aucune morale…

Globalement, je ressors déçue de Rouge Venom car je n’y ai pas retrouvé le plaisir et l’amusement du premier tome. J’ai toutefois apprécié la fin que j’ai trouvé cohérente, avec un certain côté désespéré et fataliste que j’ai apprécié, paradoxalement.

Roman publié aux édtions ActuSF (Naos)

logo challenge de l ete 2019logo du summer short stories sfff 2019

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *