N’éteins pas la lumière / Bernard Minier

N’éteins pas la lumière / Bernard Minier

couverture du roman n'eteins pas la lumiere de bernard minier

Martin Servaz, Tome 3

« Tu l’as laissée mourir… »
Le soir de Noël, Christine Steinmeyer, animatrice radio à Toulouse, trouve dans sa boîte aux lettres le courrier d’une femme qui annonce son suicide. Elle est convaincue que le message ne lui est pas destiné. Erreur ? Canular ? Quand le lendemain, en direct, un auditeur l’accuse de n’avoir pas réagi, il n’est plus question de malentendu. Et bientôt, les insultes, les menaces, puis les incidents se multiplient, comme si quelqu’un cherchait à prendre le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s’effondre. Avant que l’horreur fasse irruption. Dans les ténèbres qui s’emparent de sa vie, la seule lueur d’espoir pourrait bien venir d’un certain Martin Servaz.

Avis : Du rêve à la réalité, de flash-backs en visions cauchemardesques, de suspense en secrets, d’horreurs en vide absolu, de peurs en passage à l’acte, de la routine à la folie… C’est la promesse tenue de N’éteins pas la lumière !

J’ai retrouvé avec un immense plaisir et la peur au ventre, le personnage du commandant Servaz. Il a beau être en arrêt maladie car le choc final du tome 2, Le cercle, l’a totalement déprimé, il va tout de même enquêter.

Enquêter sur des suicides qui n’en seraient pas… enfin, pas seulement… enfin peut être pas que… Bref, quelqu’un manipule-t-il des femmes pour qu’elles se suicident ? Si oui, quel machiavélisme. Il s’agit d’une véritable toile d’araignée où elles s’engluent et peinent à trouver de l’aide et même, passent pour folles.

Servaz ne reconstitue pas son équipe de choc puisque son enquête est illégale, mais ils sont là, en filigrane. Espérandieu et sa femme surtout, mais aussi un peu Samira Cheung. Presque pas de Ziegler.
De Hirtmann, il n’en est question qu’au début et à la fin. L’acte de barbarie du psychopathe dans le tome 2, qui avait fait basculer Servaz dans la dépression, est un coup de poker comme on en croise peu dans les livres. C’est à un autre psychopathe qu’on a affaire, et pas un branquignol puisque celui-ci tue en poussant au suicide. Mais, cerise sur le gâteau, il aime aussi la musique puisqu’il passe de l’opéra à ses victimes. Les veinardes !

On suit Christine qui croit devenir folle et se retrouve mise au ban à son travail, dans son couple et dans son immeuble après une série de dérapages dont l’étrange lettre qu’elle a reçu a été le point de départ. Elle voit ses collègues la haïr, son chien se faire maltraiter, son appartement être régulièrement visité, son chauffage ne fonctionne plus, ses voisins n’ont pas confiance… Elle plonge petit à petit dans une torpeur et se coupe de soutiens. Elle finit par se faire épingler par la police et passe une nuit au commissariat. C’est diablement effrayant de voir sa chute aux enfers. Elle est impressionnante de force et de sang-froid.

On suit Servaz, qui a vent d’une affaire de suicide par l’envoi d’une clé électronique de chambre d’hôtel. Et de recoupement en recoupement, l’impensable s’avère vrai. Les suspects s’égrainent au fil des pages, tous plus plausibles les uns que les autres, mais qui est le vrai coupable ?

N’éteins pas la lumière est encore une fois une enquête incroyable, mais aussi une avancée continue dans la tête de Servaz et de Hirtmann. Comme avec ses autres livres, Bernard Minier réussit le tour de force de mêler des enquêtes difficiles à l’avancée de la poursuite de Hirtmann. On est en même temps dans de la violence psychologique et aussi physique. Mais surtout dans une dichotomie, entre ce que fait l’intelligence dérangée de Hirtmann (pour ses propres déviances ou le soi-disant bien de Servaz) et ce que font Servaz, Ziegler ou Christine à la limite du droit, ou même carrément hors la loi, mais pour le bien général.

J’ai hâte de lire le tome 4 (dont vous pouvez lire la chronique car June, elle, l’a lu).

Roman publié aux éditions Pocket

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Broché Ebook

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *