Comment sauver la peau d’un mort-vivant / Hailey Edwards

Comment sauver la peau d’un mort-vivant / Hailey Edwards

Couverture du tome 1 de Guide pour nécromancien en herbe, Comment sauver la peau d'un mort vivant, d'Hayley Edwards

Guide pour nécromancien en herbe, Tome 1

Grier Woolworth passe ses nuits à parcourir les rues du centre-ville de Savannah pour conter à des touristes des histoires d’âmes perdues et autres tragédies à vous glacer le sang. Exception faite de la crinoline et de l’ombrelle, ce n’est pas le pire des boulots. Et même si le salaire est merdique, les pourboires suffisent à payer les factures d’électricité de son propre manoir hanté, et à approvisionner les placards en ramen. Pour une ex-assistante nécromancienne qui se cache parmi les humains, la vie est presque normale. Jusqu’au jour où la société qui a excommunié Grier lui offre une seconde chance d’être davantage qu’une fille ordinaire. Dommage qu’on n’ait pas jugé bon de la prévenir qu’être extraordinaire peut vous faire tuer.
Avertissement : Ce livre raconte l’histoire d’une ex-tôlarde/ex-héritière, qui a une perruche zombie pour animal de compagnie et dont le voisin n’est autre qu’un ex-soldat/ex-béguin. Attention, tous ces ex pourraient bien en cacher d’autres.

Avis : J’ai eu le plaisir de recevoir ce livre dans le cadre du Blog Tour organisé par Between dreams and reality. Je ne lis plus beaucoup de nouvelles séries d’urban fantasy, pourtant c’est un genre que j’aime toujours autant. Mais j’ai tout de suite eu envie de découvrir Comment sauver la peau d’un mort-vivant, d’autant plus qu’il était recommandé par Melliane. Et je n’ai pas du tout été déçue 🙂

Voici Grier, une toute jeune femme qui essaie de reconstruire sa vie après avoir été miraculeusement libérée de la terrible prison d’Atramentous (un genre d’Azkaban) où elle était enfermée depuis ses 16 ans pour le meurtre de sa tante. Après avoir été une riche héritière, ses besoins sont désormais simples. Elle n’aspire plus qu’à faire ses tournées de guide touristique afin de remplir le frigo et réparer sa propre maison hantée, et tenter de retrouver un sommeil paisible loin des cauchemars qu’Atramentous lui a laissés. Nécromancienne ratée, elle ne peut vivre de son don, mais comme elle ne veut plus rien avoir affaire avec la Haute Société nécromancienne qui l’a condamnée, ça ne la dérange pas vraiment. Bien sûr, elle aurait dû se douter que ce n’est pas ce qu’il va se passer… les miracles, ce n’est jamais gratuit !

Nous sommes clairement dans un tome de mise en place. Hailey Edwards présente ses personnages et son univers. Si on se sent débarquer au milieu de la fête sans avoir été présenté aux invités, c’est aussi un peu le cas de Grier qui retrouve une vie et des amis qui ont continué d’évoluer sans elle, et qui passe d’une vie d’adolescente choyée et pleine d’avenir à celle d’une femme sans famille qui doit assumer ses responsabilités financières et gérer les profonds traumatismes que l’enfermement et la maltraitance lui ont laissés.

Des points essentiels de l’intrigue sont complètement laissés dans l’ombre – j’avais parfois vraiment l’impression d’avoir commencé par le tome 2 – mais le récit est suffisamment dynamique pour qu’on ne s’y arrête pas trop. Les dialogues et les réflexions de Grier sont parsemés d’un humour bienvenu, les personnages sont attachants, et si l’intrigue est assez classique, l’autrice nous régale néanmoins de quelques trouvailles originales.

Comment sauver la peau d’un mort-vivant lance pleins de pistes prometteuses pour la suite, et c’est avec grand plaisir que je la lirai.

Roman publié chez MxM – Collection Infinity (Urban fantasy) – Traduit de l’anglais par Alexandre Adouard

Lire aussi l’avis de Melliane, MJ

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Ebook

15 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *