La veuve / Fiona Barton

La veuve / Fiona Barton

couverture du roman la veuve de fiona barton

La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et où les médias désignent Glen, son époux, comme le suspect principal. Jane devient alors l’épouse d’un criminel et les quatre années qui suivent ressemblent à une descente aux enfers. Mais aujourd’hui, Glen est mort. Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupules, la veuve va-t-elle enfin livrer sa version de l’histoire ?

Avis : La veuve est le premier livre de cette autrice talentueuse. J’avais déjà lu son deuxième roman, La coupure qui m’avait enthousiasmée. Celui-ci est très bon également.

On y suit Jane, la veuve d’un suspect dans une affaire d’enlèvement et de pédophilie, Kate, la journaliste d’investigation qui est également dans La coupure, et l’inspecteur Bob Sparkes. C’est lui qui est le plus présent, là où Kate était centrale dans La coupure. Il est obnubilé par l’enquête, et tient au plus profond de son être à retrouver Bella, la petite fille qui a disparu.

La veuve, quant à elle, est bien ficelé. Dominée par son mari, Glen, Jane ne sait pas trop sur quel pied danser depuis la mort de son époux, alors qu’il a été mis hors de cause dans l’affaire de l’enlèvement de Bella. Ils ont été conspués par tout le monde et ont vécu des moments difficiles, traqués jusqu’en France lorsqu’ils ont pris quelques journées de vacances.

C’est une véritable plongée dans le quotidien de ces trois personnages que nous offre Fiona Barton.
À l’aide de flash backs, on y suit les enquêteurs, leurs différentes pistes qui mènent à plusieurs suspects, leurs tâtonnements et leur essai de faire tomber Glen avec un appât sur des chat rooms. Ce qui ne sera pas validé par la justice lors du jugement.
On entre dans les sentiments les plus intimes de la veuve et l’autrice joue bien sur l’ambivalence de cette femme.
On y suit Kate et son cameraman, qui cherchent le scoop. Kate est vraiment douée pour entrer en empathie avec ceux qu’elle interviewe et c’est un régal de voir ses débuts après avoir lu oh combien elle avait encore progressé dans La coupure. Kate, qui a aussi couvert l’enlèvement et s’était vraiment rapprochée de la mère de Bella.
Fiona Barton nous amène sans arrêt à suspecter tout le monde, nous entraîne dans des semi-vérités et crée des mensonges bien construits. On oscille toujours entre folie et sanité.

Si le sujet m’a un peu moins touchée que dans La coupure, c’est du fait de son traitement. Ici, ce n’est pas le personnage principal qui subit l’horreur même si la vie de Jane n’a pas été simple. L’inspecteur est intéressant et son mal être sonne vrai, mais son implosion m’a rendu la lecture plus distante, là où Kate dans La coupure est tenace et empathique. Et il est vrai, il y a une part de positif dans La coupure alors que j’ai vécu La veuve comme négative et très malsaine.

En revanche, j’ai beaucoup aimé plonger dans l’univers des policiers. Avec leur hiérarchie, les collègues, la vie de famille difficile, le système judiciaire et un peu le manque de moyen.

La veuve est donc un superbe thriller en quatre temps, qui me fait attendre avec impatience un troisième roman de Fiona Barton… Ça tombe bien, il y en a un qui vient de sortir, et en anglais. 😉

Roman paru aux éditions Pocket – Traduit de l’anglais (GB) par Séverine Quelet

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Broché Ebook VO

9 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *