The Marvelous Mrs. Maisel | Saison 1

The Marvelous Mrs. Maisel | Saison 1

Synopsis : Dans le New York de 1958, Miriam “Midge” Maisel a tout ce dont elle peut rêver : un mari parfait, 2 enfants et un appartement élégant dans l’Upper West Side. Mais sa petite vie parfaite prend un virage inattendu lorsqu’elle se découvre un talent pour le stand-up.

Une série créée par Amy Sherman-Palladino (2017)
Avec Rachel Brosnahan, Tony Shalhoub, Marin Hinkle, Michael Zegen…
Série Américaine – En cours
Genre : Comédie
Format : 8 x57’

Avis : Attention coup de cœur pour cette série multi-récompensée ! The Marvelous Mrs. Maisel a reçu une pluie de prix, des Emmys aux Golden Globes, et pour moi chacun d’eux est amplement mérité ! Car cette série drôle et enlevée allie avec force peinture sociale des années 50, place de la femme, féminisme, début du stand-up, histoires de famille et personnages truculents.

Nous sommes en 1958 et nous suivons Midge, parfaite femme au foyer de l’Upper West Side, et surtout épouse aimante et dévouée de Joël, homme d’affaires qui rêve de percer dans le stand-up. Mais le jour où Joël la quitte avec pertes et fracas, sa vie rêvée s’écroule. Après s’être soulée, elle déboule dans le club où son mari tentait de percer, et révèle que dans la famille Maisel, c’est la femme qui avait le talent. Elle fait un malheur et déballe sans vergogne sur son mari, son mariage, sa vie. C’est drôle, c’est percutant et surtout irrévérencieux pour l’époque. Car Midge ne tait rien et montre tout. À une époque où le rôle de la femme se résumait par « sois belle et tais-toi » cela choque, et lui vaudra même un procès pour atteintes aux bonnes mœurs.

Mais Midge, petit à petit, prend goût à cette liberté, à cette fraicheur de ton, à cette honnêteté. À travers elle, c’est la place de la femme et l’évolution de son émancipation qu’Amy Sherman-Palladino décortique. Car notre héroïne ne doit pas seulement se battre avec la société, mais aussi avec elle-même, avec ses proches, avec le poids de son éducation (de jeune fille juive par-dessus le marché) pour se défaire d’une vie de carcans. Et voir à quoi les femmes de cette époque s’astreignaient pour plaire à leurs maris est assez… déprimant.

Les dialogues sont savoureux et les personnages sont à l’avenant, en commençant par la famille de Midge, dont le père est un anxieux pathologique et la mère, un brin envahissante. Mais mon personnage préféré a été celui de l’excellente Susie, une femme qui ne répond à aucun des critères de l’époque, bourrue et mal à l’aise avec l’intimité et qui s’habille en homme. Elle est interprétée avec justesse par Alex Borstein, dont la retenue frappe d’autant plus face à une Rachel Brosnahan pétillante, même dans ses moments sombres

Entre mélancolie du passé (des flash-backs nous racontent l’histoire d’amour de Midge et Joël) et mise en abyme de la société, The marvelous Mrs Maisel est un show est haut en couleur, acidulé et piquant à découvrir absolument !

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *