Le président a disparu / Bill Clinton & James Patterson

Le président a disparu / Bill Clinton & James Patterson

Couverture de Le président a disparu de Bill Clinton et James Patterson

Sa comparution est prévue en début de semaine, mais entre-temps, il apprend que les États-Unis sont menacés. Samedi, un virus attaquera probablement tous les serveurs informatiques névralgiques et mettra le pays à genoux. Entouré d’une équipe de proches collaborateurs et de geeks, le président, transformé en quasi-superhéros, devra trouver une solution, sinon c’est l’équilibre du monde qui est menacé.
Le huis clos se déroule à quelques kilomètres de la Maison-Blanche, en Virginie, sur une période de trois jours. Comme dans tout bon thriller, il y aura bien sûr des tueurs à gages, des terroristes, des attentats et une grosse surprise à la fin.

Avis : Le président Duncan des Etats-Unis se retrouve devant le possible déclenchement d’un fléau lié à internet. Un virus qui toucherait tout ordinateur aux États-Unis devrait être lancé dans moins de 2 jours par les fils du djihad, menés par Suliman Cindoruk. Mais ce n’est pas tout, il est aussi cerné par des requins de la politique qui ne voient pas plus loin que leurs réélections. Le président de la chambre des représentants, Lester Rhodes, a lancé à  son encontre une commission d’enquête qui pourrait mener à une procédure d’impeachment. C’est-à-dire d’éviction du président. Et ce n’est pas le seul à vouloir le virer. La vice présidente, Kathy Brandt, pourrait elle aussi avoir des vues sur la place. Bref, le président Duncan doit tenir bon et mener son enquête sur qui est le hacker de génie derrière cette opération. Il est aidé dans son travail par son équipe de choc, « le triumvirat de mes alliées : Caroline Brock, ma chef de cabinet ; Danny Akers, mon conseiller juridique à la Maison Blanche et ami d’enfance, et Jenny Brickman, ma chef de cabinet adjointe et conseillère politique. ».

Et bien sûr, comme tout bon polar, Le président a disparu se doit de compter des méchants, bien méchants. Ici plutôt féminines d’ailleurs. Bach, une tireuse d’Élite. Un couple de hackeurs. Et une taupe… Tout dans ce roman est maîtrisé à la virgule. On se laisse emporter avec grand plaisir par ces 2 stakhanovistes dans les méandres de la politique, américaine et internationale, où les complots sont légions. Le suspense est intense du début à la fin. Entre les tensions politiques et le danger du virus informatique, le duo d’écrivain nous embarque à fond la caisse dans l’action et les questions ! Les personnages sont bien campés. Ils suscitent l’empathie, mais sont parfois aussi férocement intelligents que trop confiants… Il y a des twists tous les 3 chapitres à peu près, ce qui rend ce livre très addictif.

Le président a disparu est un des romans que j’ai acheté d’occasion aux QDP24. Je n’en avais jamais lu de James Patterson, un grand nom américain du polar plutôt politique. Il écrit ici à 4 mains avec l’ancien président des États-Unis, Bill Clinton. Et c’est une réussite totale. La parole présidentielle est passionnante sur les jeux de pouvoirs, les liens proche de l’amitié entre dirigeants d’États, la parole donnée aux gardes du corps et au service secret.

Personne ne vous prévient que ce boulot est pire que les montagnes russes – une succession d’ascensions magnifiques et de chutes vertigineuses.

 

On pourrait en dire autant de ce grand roman.

Le président a disparu de Bill Clinton & James Patterson est un roman publié aux éditions JC Lattès – Traduit par Dominique Defert, Carole Delporte et Samuel Todd

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x