Toxic Berlin / Calla Henkel

Toxic Berlin / Calla Henkel

Couverture de Toxic Berlin de Calla Henkel

Plongez en même temps que Zoé et Hailey dans le Berlin Underground.
Quel meilleur plan que l’immense appartement de Beatrice Becks, autrice de thriller à succès, pour un échange universitaire ? Hailey et Zoe, deux new-yorkaises étudiantes en art à Berlin, sautent sur l’occasion. L’une court après la célébrité tandis que l’autre fuit les rumeurs sur son implication dans le meurtre de sa meilleure amie. Ensemble, elles sillonnent les clubs et les soirées branchées. Et quand leur propriétaire semble les observer d’un peu trop près, elles décident de se donner en spectacle. Elles changent de style, s’inventent une vie parallèle, transforment leur appartement en discothèque… jusqu’à ce que leur vie bascule.

Avis : Zoé Beech se retrouve dans un « spa » de Berlin, à parler avec une certaine Frau Klein, qui ressemble à une psychiatre. Elle doit lui raconter ce qu’il s’est passé pour en arriver là. Et c’est où là d’abord ????

Et croyez moi, ce qu’il s’est passé, est compliqué, lointain et surtout pleins de trous, de questions et de doutes. C’est comme cela que nous sommes lancés par l’autrice, Calla Henkel, dans ce thriller glauque et psychologique.

Zoé est Américaine mais passait un an à Berlin pour étudier l’art, le collage en particulier. Elle y est allée pour fuir, 2 choses surtout : la mort de Ivy, sa meilleure amie, ballerine en passe d’être renommée. Et sa quête de sens depuis. Mais elle fuit aussi son petit copain, Jesse, ex d’Ivy,  qui voulait qu’ils vivent dans le Wyoming. Et son ex à elle, Nate, qui est allé, lui, en Finlande, alors qu’il sait que Zoé rêvait d’y aller. Et pourquoi pas sa peur de ne pas être au point au niveau artistique. Ou que sa vie soit, soit disant, médiocre et plouc, car venant de Floride alors qu’elle poursuivait ses études à NYC, les « hype » eux.

Bref, grosse remise en question globale d’une jeune fille un peu perdue et triste. Jusqu’à ce que tout bascule lors de sa rencontre avec Hailey, puis lors de leur coloc’ chez Beatrice Becks, une autrice renommée qui part écrire en résidence. Hailey vient d’une famille de nouveaux riches issu des magasins Biggles. Elle veut devenir une « people », faire de l’art mais surtout que l’on parle d’elle… à n’importe quel prix !!! Et elle va lancer cette idée folle de transformer un soir par semaine la maison de Beatrice en boîte de nuit. Le Beatrice. La folle ambiance des nuits berlinoises va montrer son lustre noir, glauque et triste. Et Zoé se perdre un peu plus en tentant pourtant d’être elle-même : homosexuelle et artiste.

Toxic Berlin n’est pas qu’une belle couv’. C’est un premier roman fort et puissant. Réussissant l’exploit d’être brillant, avec des personnages émouvants et profonds ou rustres et superficiels, plein de suspense et avec une fin en coup d’éclat. Mais aussi une extraordinaire quête de sens dans cette période si difficile de la rentrée dans l’âge adulte.

Parfois trop glauque (même pour moi !!!) et un poil long, mais vraiment si tendu et dense qu’on ne lâche pas Toxic Berlin avant la fin. Et d’ailleurs ça colle bien avec ce personnage de La casa de papel dont un prequel existe sur Netflix, Berlin. Des personnages déments et malsains au possible, des situations tendues et rocambolesques, de la drogue à ne plus savoir qu’en faire et une emprise sur les gens, voilà tout ce que vous trouverez dans Toxic Berlin , en plus du whodunit incroyable !

Toxic Berlin de Calla Henkel est un roman publié aux éditions Les arènes (EquinoX) – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Rémi Boiteux

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x