Fondue au noir / Hervé Jubert

Fondue au noir / Hervé Jubert

couverture du roman Fondue au noir de Hervé Jubert

Lola ne parle plus depuis ses dix ans, et les médecins ignorent pourquoi. Ça ne l’empêche pas de se faire très vite repérer comme le talent prometteur de sa classe de seconde pro cuisine. Les six apprentis de la brigade sont coachés par le Bosco, une cheffe renommée et imprévisible. Quand elle leur apprend que seuls deux d’entre eux participeront à l’émission Sur le Gril ! Spéciale Apprentis, l’ambiance se tend. Dangereusement.

Avis : Fondue au noir est un succulent roman initiatique.

L’on y suit, conté par une voix off (euh un narrateur, pardon je me suis laissée emporter par le côté télé-réalité de ce livre) Lola. Une jeune fille de 16 ans, mutique. Depuis ses 10 ans, elle ne parle plus, sans trop savoir pourquoi. En plein confinement 2020, elle va se découvrir une passion pour la cuisine. Et va intégrer la brigade 2PROC1 du lycée hôtelier Suzanne Bonneval dans le Périgord. Sa brigade est constituée de Louna, Mattéo, Louise, Georges et Medhi. Leur professeur est l’emblématique Le Bosco. Mme Galina Ketling de son vrai nom, est une cheffe rompue à toutes les cuisines, tous les hauts lieux, toutes les péripéties. Lola est très douée en cuisine, et a sans doute plus d’un admirateur. Cela va faire des envieux lorsque l’émission culinaire, Sur le gril, décide de choisir les deux meilleurs de son école contre deux autres lycées hôteliers.

Hervé Jubert est un conteur hors-pair. Il utilise un narrateur qui m’a fait entrer avec ferveur dans Fondue au noir. Il y a une aussi grosse louche d’humour, une pincée d’amour et une cuillère de respect ainsi qu’une bonne dose d’amitié dans ce roman sur l’adolescence gratiné à l’enquête policière.

En effet, ce ne sont pas vraiment les enquêtes qui font le sel de ce roman. Mais bien le parcours initiatique de cette jeune fille. Lola, qui part de son cocon familial vivre en internat pour faire ce dont elle rêve. Lola qui, malgré sa perte de langage, reste celle qui lance les initiatives. Lola, qui ressent ses premiers émois amoureux…

Et surtout, c’est l’humour lié à la période que l’on vit actuellement qui a fini de me conquérir. Hervé Jubert joue des changements d’heures sur l’attestation de sortie. Il nous rappelle les incertitudes d’ouvertures des restaurants, des lycées, des festivals et utilise le masque à bon escient ! Et son humour est aussi intergénérationnel (parents vs enfants, enseignants vs élèves…).

Ses personnages sont émouvants, touchants dans leurs forces et leurs faiblesses. Et toujours vrais. Même lorsque le monde de la télé-réalité avec ses paillettes et ses scénarios s’en mêle.

L’auteur s’est de plus, bien documenté sur la région du Périgord noir et sur la cuisine. Recettes, titre des chapitres en verbe d’action du monde de la cuisine, histoire des recettes et géographie/géologie de la région, personnages truculents (Chuck Norris du Périgord) …

Bref, Fondue au noir est vrai régal. Je m’en lèche les cinq doigts et le pouce 😉

Roman publié aux éditions Syros

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
2
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x