Les sept morts d’Evelyn Hardcastle / Stuart Turton

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle / Stuart Turton

couverture du roman les sept morts d'evelyn hardcastle de stuart turton

Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Avis : Autant le dire tout de suite, j’ai adoré cet Agatha Christie paranormal ! Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un livre à tiroirs, un huis clos envoutant, qui nous entraîne dans une enquête que le petit Poucet n’aurait pas reniée !

Aiden Bishop se réveille un matin, désorienté, dans la forêt qui borde le manoir de Blackheath. Un cri dans l’aube naissante, une course poursuite, un coup de feu… Sa tête le fait souffrir, ses souvenirs sont désagréablement absents, mais il en est sûr, il vient d’assister à un meurtre. Pourtant, la journée passant, il va se rendre compte que la situation est encore bien plus complexe. Invité d’une sauterie pour fêter le retour d’Evelyn Hardcastle dans le giron familial, il va rencontrer une galerie de personnages typiques de la haute société britannique – ainsi qu’un anachronique médecin de peste ! À charge pour lui de découvrir ensuite qui, parmi les convives, porte un masque, qui a des choses à cacher, et qui peut-être, avait des raisons de tuer l’enfant prodigue. Pris dans une boucle temporelle, il va devoir percer les mystères d’une journée qui se répète encore et encore…

La particularité de ce « jour sans fin » et ce qui le distingue avec brio des productions du même genre, est que Stuart Turton a eu la brillante idée de déplacer sa narration de personnage en personnage. Chaque matin, Aiden se réveille dans un hôte différent. Ainsi, si les évènements se répètent plus ou moins, le point de vue ne cesse de changer, ce qui évite le piège de la redondance, qui va souvent de pair avec ce genre de récit. Cette astuce permet également d’insuffler du dynamisme à une intrigue qui sans cela pourrait facilement s’enliser.

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle est un puzzle savamment et très méthodiquement construit. Il va falloir au héros – et au lecteur ! – rassembler les indices avec minutie et toutes ses capacités d’analyse pour déjouer le vrai du faux.

Roman publié aux éditions 10/18 – Traduit par Fabrice Pointeau

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
22 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
22
0
Un p'tit commentaire, m'sieur dame ? :)x
()
x