Gamine, guerrière, sauvage / Eric Cherrière

Gamine, guerrière, sauvage / Eric Cherrière

couverture du roman Gamine, guerrière, sauvage de Eric Cherrière

Maud, 15 ans, n’oublie rien de ce que lui dit son grandpère. Elle préfère Albert Einstein à Rihanna, elle use de son ordinateur comme d’une arme mais uniquement de la main gauche, la droite est tranchée à hauteur du poignet. Aux côtés de son frère tant aimé, elle grandit entre un père ex-champion d’athlétisme et une mère exchampionne de bodybuilding. Avec le grand-père, les cinq sont comme les doigts de la main qui manque à Maud.
À la suite d’un délit mineur commis par l’un d’eux, la famille est plongée dans la précarité. Maud sera prête à tout pour les sortir de la misère. Rien ne l’arrêtera et son implacable détermination les conduira au-delà des frontières…

Avis : Encore un uppercut dans le menton par Eric Cherrière, cet auteur qui sait déranger, avec sa lutte des classes portée à son paroxysme. Dans L’inconnu, il m’avait déjà mise au tapis. Avec Gamine, guerrière, sauvage, il continue de dépeindre cette lutte des classes mais résolument 2.0 et bien plus globale que dans L’inconnu.

Gamine, guerrière, sauvage, c’est Maud. Elle vient d’une famille un peu particulière. Le grand père est un syndicaliste résolument anti-patron. Sa mère est une bodybuildeuse au visage “de chèvre ». Son père est un peu naïf. Alban, son frère, est considéré comme perdu par l’éducation nationale et n’a aucune confiance en lui. Son arrière-grand-mère paternelle était une résistante pendant la seconde guerre mondiale et son grand-père maternel, pépé Alban, était marin et a sauvé un grand industriel proche de la reine Maud de Norvège en 1905. Ce qui leur vaut d’hériter d’un km² de Terre antarctique. Ce n’est déjà pas banal. Mais si je vous dis qu’en plus Maud est une hackeuse en herbe bien qu’elle n’ait qu’une main, que son frère et elle dorment dans le même lit alors qu’ils sont ados, que la débrouille fait partie de leur quotidien, qu’ils sont brouillés avec la famille maternelle en Bretagne sans qu’on sache pourquoi… et bien vous avez encore plus envie de lire ce roman noir, non?

Et ce n’est pas tout ! De manque de respect quotidien en honte car leur père est en prison, Maud nous embarque dans ses quêtes de derrière son écran, devant les flics ou les grands de ce monde. Tantôt vengeresses, tantôt chasseresses. L’auteur nous bouleverse, nous retourne le cerveau, nous montre les injustices de notre société, sans fard. Et il fait grandir. Maud d’abord mais aussi son frère, ses parents, Raphaël (un ami/amour?) et bien sûr, nous, ses lecteurs !!!

Gamine, guerrière, sauvage est noir mais aussi initiatique. Sociétal, bouleversant et dérangeant, il traduit bien le possible mal être de nos ados. Il met en avant les dérives des puissants et les failles d’un système où tout est monnayable. Le respect ne s’acquière-t-il qu’avec de l’argent ? Comment se faire entendre par le tribunal international de La Haye quand on est soit même déjà broyé par le système judiciaire français ? Qui surveille les surveillants ? Un excellent page turner, qui palpite selon la maxime du grand père de Maud:

N’oublie pas : il n’y a ni bonnes ni mauvaises armes. Au bout du compte, une seule chose importe. Rendre les coups.

Roman publié aux éditions Plon

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
2
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x