Le diseur de mots / Christian Léourier

Le diseur de mots / Christian Léourier

couverture du roman le diseur de mots de christian leourier

La Lyre et le glaive, Tome 1

Kelt est un diseur de mots, un barde qui possède le don parfois très encombrant de n’énoncer que la vérité. Ses prédictions se révèlent toujours exactes, car son verbe a le pouvoir de faire advenir les choses, aussi n’en use-t-il qu’avec une extrême prudence. Par un concours de circonstances, il se retrouve sur les routes flanqué d’un compagnon de fortune, Hoggni, attachant colosse avec qui il part enquêter dans le royaume voisin sur les agissements d’une secte pour le moins inquiétante…

Avis : Voilà un beau roman de fantasy qui m’a emportée dans le roulis de son phrasé à travers son univers !

Kelt est un diseur de mots. Ce que certains associe à du charlatanisme, d’autres à une sorte de pouvoir de guérison, est pour lui une malédiction. Car Kelt ne peut mentir, jamais, et surtout il ne peut s’empêcher de prononcer une parole efficace lorsqu’elle s’annonce, débordant de ses lèvres, le laissant nauséeux et tremblant. Dévoilant ainsi un avenir en passe de devenir une vérité immuable.

À travers l’errance de Kelt c’est toute une civilisation que nous découvrons et l’impermanence du temps et des changements qu’il apporte. Ce sont les croyances du peuple et les ambitions des puissants, c’est la montée d’une religion monothéiste qui s’apprête à tout emporter sur son passage. C’est la trahison, l’amour et l’amitié.

Alors pour certains, Kelt paraîtra sans doute comme un chien dans un jeu de quilles, qui n’a pas de réel prise sur les évènements, et va là où son maître le lui ordonne. Mais il ne faudrait pas sous-estimer son rôle, il est comme le héraut, à la fois annonciateur et témoin privilégié. C’est un univers extrêmement riche et empreint d’une grande poésie qu’a créé Christian Léourier dans la Lyre et le glaive. Le vocabulaire employé est exigeant, et le rythme choisi suit la cadence des personnages. Ce n’est pas une gigue qui est contée ici mais une valse. Mais personnellement je ne me suis ennuyée à aucun moment.

Un récit envoutant !

Lui pour qui au cœur de la Forêt profonde le temps ne s’était pas écoulé au même rythme que de ce côté-ci de la réalité, lui auquel était conféré le don de voir ce que nul autre mortel ne voyait, l’onde amère le ravalait au rang de ce qu’il n’avait jamais cessé d’être, un homme comme les autres, un mortel.

Roman publié aux éditions J’ai lu (Fantasy)

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
10
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x