À cause de la nuit / James Ellroy

À cause de la nuit / James Ellroy

couverture du roman a cause de la nuit de james ellroy

Lloyd Hopkins, Tome 2

Il est psychiatre, manipule les solitaires et les faibles. C’est la nuit qu’il exerce son pouvoir maléfique. Plus il soutire d’informations à ses malades, plus sa puissance s’accroît. Jusqu’au jour où ce voyageur de la nuit croise le chemin du sergent Lloyd Hopkins.

Avis : Fin 2020, j’avais apprécié ma première incursion en territoire hopkinsien avec Lune sanglante, et je n’ai donc pas tardé à remettre le couvert avec le 2e opus, À cause de la nuit.

Mais cette fois ça a failli ne pas se passer aussi bien ! Comme dans le premier, James Ellroy divise son roman en 2 axes : d’un côté nous suivons Lloyd dans ses investigations, de l’autre le criminel dans son entreprise, jusqu’au moment où les 2 se rejoignent. Le criminel étant ici incarné par le Dr John Havilland, un psychiatre totalement dévoyé qui se fait appeler « le Voyageur de la nuit » et qui recrute des personnes émotionnellement fragiles et influençables pour ses « expériences ». Dont certains tests constituent à leur faire tuer des gens…

J’ai eu dans un premier temps beaucoup de mal avec cette partie. Nous y suivions ses « séances » et ses théories fumeuses et moi, le développement personnel, ce n’est déjà pas mon truc, alors la pseudo spiritualité d’un gourou… Heureusement cet aspect finit par s’estomper pour se concentrer sur des choses un peu plus concrètes. Et petit à petit, À cause de la nuit devient très prenant. Lloyd, qui a été amené à rencontrer le Dr dans le cadre de son enquête ne se méfie pas du tout de lui, et l’on se dit qu’il va lui-même se faire prendre dans ses filets. Plus on avance, et plus la tension monte tant l’on se demande comment il va pouvoir s’en sortir.

Car Hopkins, malgré toute son intelligence, toute sa détermination, est tout à fait le genre de cible qui peut intéresser le bon Dr ! Instable, toujours sur la corde raide, solitaire… Et qui dans son obsession à « protéger l’innocence » n’hésite pourtant pas à la malmener pour arriver à ses fins ! Le sergent Lloyd Hopkins n’est pas à un paradoxe prêt et ce tome est vraiment celui de la folie. Tous les personnages sont frappés, bien que de manière différente, et l’on a l’impression d’être pris dans une spirale infernale.

Alors on pourra regretter une structure identique à Lune sanglante, mais j’avoue que j’étais tellement prise dans le roman que passer le premier moment de « il ne va pas nous refaire le même coup ?! » (si, si) ça ne m’a plus vraiment dérangée.

Je suis maintenant très curieuse de découvrir comment James Ellroy va terminer sa trilogie autour de son flic borderline. Je pressens que cela va être sanglant… Rendez-vous pour La colline aux suicidés !

Roman publié aux éditions Rivages (Noir) – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Claude Mussou

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
4
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x