Unité 8200 / Dov Alfon

Unité 8200 / Dov Alfon

roman de unite 8200 de dov alfon

Le passager israélien fraîchement débarqué à Roissy ne pensait pas que sa mauvaise plaisanterie allait si mal tourner. La blonde qui servait d’appât ne savait pas à quelle danse macabre elle participait. Les Chinois chargés d’orchestrer l’enlèvement n’avaient pas la moindre idée du guêpier dans lequel ils se fourraient. Ni qu’un grain de sable s’était glissé dans les rouages bien huilés de la grande machine du crime organisé. Mais au fait, qui est aux commandes? Mafias, services secrets, gouvernements ? Entre Paris et Tel-Aviv, Washington et Macao, les vingt-quatre heures les plus folles qu’un commissaire français, un gang chinois, un officier israélien désabusé et son intrépide adjointe aient jamais connues.

Avis : J’ai choisi Unité 8200 car l’auteur, Dov Alfon, devait être aux Quais du polar (je suis d’ailleurs bien triste de ne pas pouvoir y aller #confinement) et que sa présentation sur le site web de l’évènement m’a plu. Je ne le regrette pas une seconde.

Ce roman d’espionnage va à mille à l’heure et pas seulement car il se déroule sur une seule journée. Mais également car il nous entraîne en divers endroits du globe : Paris (ses petites ruelles, ses belles avenues ou sa banlieue), une base d’espionnage en Israël, Macao, les États-Unis, Jérusalem ou Melbourne.

On y suit deux personnages principaux : le lieutenant Oriana Talmor de l’Unité 8200 (prononcez huit deux cents) et son bientôt chef, le colonel Zeev Abadi. Tous deux sont des espions et ne se connaissaient pas avant cette mission incroyable. Mais il y a aussi une kyrielle de personnages tous plus potentiellement dangereux les uns que les autres, comme le premier ministre Israélien, le directeur de la NSA aux States, le commissaire Léger de la Police judiciaire Française ou Ming, un mafieux chinois.

La beauté de ce roman tient dans l’alternance entre les lieux, les personnages et les situations. On passe du cabinet feutré d’une personnalité à une passerelle piétonne au dessus de la Seine, ou du désert israélien à un avion valant 500 millions de dollars. Ainsi que d’une course poursuite avec des drones à une boite de nuit où la musique s’écoute avec un casque… mais bien souvent, la dangerosité entre les dragons chinois, les espions ou les bureaucrates de tous pays est difficile à mesurer. En tous cas, nos deux espions israéliens se méfient de tout un chacun… Et ils font bien…

Car ce que nous enseigne Dov Alfon (qui est un ancien officier des services de renseignement israélien) avec humour et précision, c’est que des nœuds de vipères dans les bureaucraties, c’est une vérité mondiale. Les jeux de pouvoir sont aussi bien décrits dans cette unité 8200 que les scènes de course-poursuites. Et les débriefings sont à mourir de rire… parfois jaune !

Seuls les rapports Code Noir étaient remis en mains propres au chef du renseignement, dans une enveloppe scellée à la cire, comme au Moyen Age.

Il n’y a bien sûr pas que les services de renseignements qui en prennent pour leur grade. La police française, la presse, surtout en Israël, et les services de communication mais aussi et bien sûr, les politiciens ou les businessmans sont passés au crible par Dov Alfon et ils n’en sortent pas grandis.

Par contre les femmes, oui. Si la Chinoise fait des bourdes, Oriana, et les secrétaires du renseignement israélien sont au top. Et cela fait du bien. Elles manient aussi bien les réparties que les formulaires et savent décrypter les gestes de leurs homologues masculins en quelques fractions de seconde. Sans parler de leur connaissance en Krav Maga… C’est un vrai plaisir de lire des personnages féminins qui sont humains mais qui savent aussi assurer grave.

Bref, Unité 8200 est palpitant, désopilant, haletant, complexe et intelligent.
Ps : Et en plus, il a un personnage, certes plus que secondaire, mais qui porte mon nom de famille 😉

Roman publié aux éditions Liana Levi – Traduit de l’anglais par Françoise Bouillot

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *