Quelques secondes d’inattention / Jesse Blackadder

Quelques secondes d’inattention / Jesse Blackadder

Couverture de Quelques secondes d'inattention de Jesse Blackadder

Finn, sculpteur, et Bridget, biologiste, tous deux originaires de Tasmanie, viennent de s’installer avec leurs deux enfants au nord de Sydney dans l’espoir de sauver leur couple. Étrangers sur cette terre baignée de soleil, ils tentent tant bien que mal de se retrouver et de prendre leurs marques. Jarrah, leur fils de quinze ans, s’adapte lui aussi difficilement à sa nouvelle vie. C’est alors que la tragédie les frappe de plein fouet : Toby, le petit dernier, se noie un matin dans la piscine familiale. Avec la peine arrivent les premières questions, brutales. Que s’est-il vraiment passé ? Quelqu’un doit-il être tenu responsable de ce drame ? Comment survivre, au quotidien, entre culpabilité, douleur et sentiment d’injustice ? Tandis que Jarrah bascule dans l’âge adulte de la façon la plus violente qui soit, la descente aux enfers des Brennan ne s’arrête pas là : des accusations de négligence se font bientôt entendre dans les médias…

Avis : Drame familial, sentiment d’abandon, impuissance, volonté de fuir, résilience, trahison, reconstruction, pardon. Ce roman, le premier de Jesse Blackadder, aborde tous ces aspects avec une profondeur puissante et juste.

Roman à trois voix, Finn, Bridget et Jarrah ne sont pas juste là pour vous raconter une histoire. Ils vous racontent leur histoire. Celle d’un drame, celle de Toby, le petit dernier, le petit plus inattendu qui accorde leur famille. Expatriés de Tasmanie suite à une sortie de route de Finn, le papa, toute la famille peine à se faire à la vie australienne. Toby adoucit les peines et le mal-être de chacun dans cette nouvelle vie loin des leurs et des lieux familiers. Jusqu’au jour où un drame les rattrape et fait basculer cet équilibre familial si fragile. Quelques secondes d’inattention et Toby n’est plus là. Et, comme si cela ne suffisait pas, des soupçons viennent s’additionner aux nombreuses questions qui taraudent déjà nuits et jours les trois membres de ce qu’il reste de cette famille.

Méfiance, rancœur, amertume, culpabilité, peine, désarroi… Tant de qualificatifs qui peinent à décrire l’état dans lequel sombrent et se renferment Finn, Bridget et Jarrah. On plonge au plus profond de leurs âmes. On mesure l’impact de cette disparition dans leurs coeurs, leurs chairs et leurs corps, même si une perte pareille n’est pas mesurable. On prend conscience de l’importance des non-dits en famille et des on-dit dans la presse. Le moindre fait, le moindre geste, le moindre mot est exploitable à charge. On se jauge, on se suspecte, on se reproche puis on culpabilise et tout cela sans faire de bruit. La communication se rompt, le silence s’installe et creuse le fossé déjà si profond entre les trois membres de ce qui s’apparente à une famille à l’extérieur, mais qui n’est plus que l’ombre d’elle-même à l’intérieur.

Un drame qui fait froid dans le dos, inimaginable, dont les répercussions exploitées par Jesse Blackadder donne un roman d’une puissance psychologique rare.

Quelques secondes d’inattention est un roman publié aux éditions Presses de la Cité – Traduit de l’anglais (Australie) par Céline Cruickshanks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *