Miss Bengalore / X. Dorison & F. Delep

Miss Bengalore / X. Dorison & F. Delep

couverture de la bd le chateau des animaux tome 1 de dorison et delep

Le château des animaux, Tome 1

Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au cœur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bengalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire…

Avis : Le château des animaux fait partie de la sélection pour le prix BD Alice et Clochette et c’est à cette occasion que je l’ai emprunté à la bibliothèque sans trop me poser de questions. Eh bien, force est de constater que c’est une réussite totale.

Le texte est grandiose. Tour à tour fort, quand le scénariste Xavier Dorison préambule, drôle, quand un (chaud) lapin drague une chatte, et émouvant quand le rat redonne espoir et surtout fierté. Des animaux se retrouvent sous la coupe d’un taureau (et de sa meute de chiens féroces !!!!) dans un château. Chaque animal (lapins, poules, canards, oies, chèvres, mules, chat…) doit travailler pour le bien de la communauté… mais en fait, leur travail sert à ce que le taureau, les chiens, ainsi que des cochons puissent se la couler douce.

Les dessins sont sobres sans être simplistes, les mouvements sont hyper réalistes et les couleurs aussi. J’aime l’effet rapide de la pluie et les couleurs bleutées de la nuit.

Pour l’histoire, l’auteur s’appuie sur La ferme des animaux d’Orwell (que je n’ai pas lu) mais aussi sur tous les « David contre Goliath » bien réels (Gandhi, Martin Luther King, …). Sans le côté violent de David. Je trouve pour ma part que c’est proche de Chronique d’un rêve enclavé d’Ayerdhal que j’avais dévoré, et relut ensuite 😉 et le côté conte rajoute du piment et n’est pas pour me déplaire. Le fait de prendre l’humour et le ridicule pour lutter contre les armes et les gros balourds est bien sûr connu. Mais cela va-t-il mieux se passer dans Le château des animaux que dans Chronique d’un rêve enclavé ou même que dans la vraie vie (je suis Charlie) ?

En tous cas, premier essai de cette sélection : largement approuvé ! Et vivement les autres tomes, car il y en aura 4 en tout.

BD publiée aux éditions Castermann
BD Gest’Arts – Prix du meilleur premier album 2019

affiche 2020 prix bd alic et clochette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *