La neige était sale / Jean-Luc Fromental & Bernard Yslaire

La neige était sale / Jean-Luc Fromental & Bernard Yslaire

couverture de la BD La neige était sale de Jean-Luc Fromental et Bernard Yslaire

Frank est le fils de Lotte, tenancière de la maison close que fréquentent les forces d’occupation de cette ville moyenne d’Europe de l’Est jamais nommée, figée dans les pénuries, le froid et la sourde horreur des années de guerre. Il a 17 ans et les filles n’ont plus de secrets pour lui, puisqu’il a les pensionnaires de sa mère à disposition. Sans savoir ce qu’il cherche, Frank se laisse glisser sur la pente du banditisme, assassine, sans raison matérielle ni patriotique, un occupant particulièrement répugnant, vole et tue une vieille femme qu’il connaît depuis l’enfance, et plonge dans un avilissement que seule éclaire l’image idéalisée de Sissy, sa chaste voisine, éperdument amoureuse de lui.

Avis : J’étais passée à côté de la première adaptation en BD des “romans durs” de Georges Simenon, mais la superbe couverture de La neige était sale m’a tapé dans l’œil.

Dans un pays et à une époque indéterminée, mais qu’on pourrait facilement imaginer être la France sous l’Occupation, nous avons là Franck, jeune adulte qui vivote, profitant du confort et de la sécurité que sa mère, tenancière de maison close ayant certaines accointances avec le pouvoir, lui offre. Un Franck qui s’ennuie et qui dans cet hiver glacial où tout lui semble figé pousse, tire, appuie pour voir ce qui se passe. Jusqu’où il peut aller avant de voir le bâton lui revenir comme un boomerang. Et puis il y a Sissy, la voisine. La douce, innocente Sissy qui le regarde avec ses yeux de merlan fris d’amour. Et elle, jusqu’où peut-il la pousser ?

Franck n’est pas un personnage sympathique ; cynique, immoral, il se complait dans la fange. Ne cherchez pas de bonté dans ces pages, il n’y en a pas. De caractère en clair-obscur non plus, car seule règne ici la face cachée de la lune. C’est sale, c’est moche, c’est dérangeant. Pourtant, il y a quelque chose d’hypnotique dans ce récit et la manière dont Jean-Luc Fromental nous le conte. On ne peut s’empêcher d’assister à cette descente aux enfers, se demandant comment cela va finir.

Le dessin de Bernard Yslaire ne fait qu’accentuer cet effet. Les couleurs sont épurées pour créer cette ambiance lourde et poisseuse ; des noirs, des gris, des verts et du rose comme effet tranchant. Des planches sublimes, et d’autres dont j’ai trouvé le dessin des personnages très caricatural, grossier. C’est très déstabilisant comme impression.

Là où les auteurs m’ont perdue, c’est dans la relation Franck/Sissy. Je pense que ça devait être mieux amené dans le roman, et que la BD aurait mérité plus de pages pour tisser cette relation complexe d’amour/haine car en l’état, je ne comprends pas le comportement de Sissy, après ce qu’il lui a fait, et donc je n’y crois pas.

La neige était sale de Jean-Luc Fromental & Bernard Yslaire est une bande dessinée adaptée du roman éponyme de Georges Simenon et publiée aux éditions Dargaud

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x