Chroniques d’un rêve enclavé / Ayerdhal

Chroniques d’un rêve enclavé / Ayerdhal

couverture du roman chroniques d un reve enclavé de ayerdhalDans cette cité médiévale où règnent recruteurs, faiseurs de dîme et de gabelle, les poètes meurent, les rêveurs aussi. Les rêves, eux, ne demandent qu’à voyager. Parleur, vagabond visionnaire, parviendra-t-il à leur faire franchir les murs de la Colline ?

Avis : Je me suis régalée de ces Chroniques d’un rêve enclavé pour leur côté universel, pour la désobéissance civile et la non-violence qu’essaie d’instaurer La Colline, ce quartier de Macil, une ville de type moyenâgeux.

Il y a la Guilde avec ses loges (les notables), le roi et ses vassaux, et le Dogme (et ses évêques). Ils cherchent tous plus de pouvoir, et plus d’argent. Ils manipulent, tuent et/ou envoient à la mort et prennent par l’impôt ce qu’il reste aux paysans, aux bateleurs, ou aux pécheurs. Rien de bien nouveau, donc, sous le soleil.

Face à ces forces brutales, se dressent des quartiers comme La colline, maison d’un certain Karel, poète mort d’avoir dénoncé l’absurdité et l’injustice de ce monde-là. Sa soeur, Vini, est l’épistolière de la Colline. Elle raconte ce curieux évènement. Cette opposition systématique, organisée et intelligemment articulée qui, si elle a été rêvée puis mise en poème par Karel, est mise en oeuvre par une poignée (Parleur, bien sûr, Le vielleux ou Halween) puis par La Colline toute entière.

Comment des hommes et femmes aussi différents que des notables et des contrebandiers, des pêcheurs et des épistoliers, des artistes et des mantes (personnages féminins guerriers) peuvent-ils/elles se serrer les coudes et unir leurs forces pour s’essayer à une vie communautaire et centrée sur l’entre-aide ? Par le pouvoir des mots, pardi !

Ce livre est un creuset à idées bienveillantes mais il est également plein de suspense et la fin est poignante. Ce n’est pas du tout un roman mièvre et plein de magie comme son titre pourrait peut-être en donner l’idée, mais bien un page turner à la construction captivante et aux personnages prenants.

Je vous enjoins à lire ces Chroniques d’un rêve enclavé car il en ressort une modernité qui résonne tristement aujourd’hui (Trump et ses fake news pourraient être organisées par la Ghilde, la démission de Nicolas Hulot avec sa tentative d’ouvrir les yeux de nos dirigeants sonne comme les tirades de Parleur, et l’Histoire de Kavanaugh aux États-Unis est un reliquat de ce qu’il se passe à la fin de ces chroniques…).

Roman publié aux éditions Au diable Vauvert

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Broché Ebook

7 comments

  • Avatar

    Ce roman a été un grand moment de lecture. Il est engagé et résonne avec l’actualité d’hier et encore plus d’aujourd’hui.
    Les mots d’Ayerdhal font toujours mouche!
    Et cette fin qui m’a arraché le coeur.
    J’ai regretté de ne pas en avoir écrit d’avis mais promis de le relire pour le faire.

    Reply
  • Avatar

    J’ai lu ce roman il y a deux ans je pense, et ça a été assez particulier. Ça a VRAIMENT coincé avec les protagonistes principaux, auxquels j’ai reproché leur côté … euh… très manipulateur envers la population. Le but – libérer ce quartier de sa misère – est HYPER louable et plus que jamais d’actualité, je dis pas, mais dans les faits ça m’a un peu écœurée de voir à quel point ils se mettaient facilement la population dans la poche. Ils utilisent des grands Mots, parlent des grandes Idéaux accrocheurs, Rêvent à cœur ouvert pour au final entraîner des familles entières dans un combat qui, pour la plupart, les dépasse … avec la conclusion qu’on connaît :-/
    Mais bon, je pars du principe qu’un livre qui me perturbe des semaines voire des mois après que je l’ai fini est un très bon livre, donc je ne peux pas dire que celui-ci ne m’a pas « plu » … quand bien même sa lecture a été compliquée ! :-))

    Reply
    • Lisou

      Je te comprend, il y a tellement de raisons de ne voir leurs belles paroles que comme illusions et utopie…. pourtant c’est comme cela que l’on change peut être un peu, en entendant, lisant ou voyant des actes différents….
      Je te conseille bastards, ce livre devrait vraiment plus te plaire.

      Reply
  • Avatar

    Quel roman inoubliable ! J’ai été bouleversée, et en garde un souvenir émotionnel tellement puissant que j’ai décidé de creuser l’oeuvre de cet auteur en augmentant ma pile à lire de plusieurs de ses autres titres.
    J’aime la profondeur de ses messages, sa façon d’ouvrir nos cœurs et nos consciences, ainsi que sa plume vibrante d’intensité

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *