Tschaï / Jack Vance

Tschaï / Jack Vance

couverture du roman tschai de jack vanceTschaï, Intégrale

Alors qu’il effectuait une mission de reconnaissance autour de la planète Tschaï, le vaisseau Explorateur IV a été abattu par un missile d’origine inconnue. Unique survivant du crash, Adam Reith découvre un monde d’une beauté et d’une âpreté sans pareilles, une terre d’aventures aussi dangereuse qu’attachante. Obsédé par l’idée de rentrer chez lui, le Terrien va traverser d’immenses et splendides paysages, rencontrer d’autres humains aux mœurs baroques et des extraterrestres belliqueux, vivre mille péripéties, perdre ses certitudes et trouver l’amitié. Parviendra-t-il à regagner la Terre ?

Avis : Jack Vance (1916-2013) est un auteur de SF que je ne connaissais pas et qui m’a enthousiasmé ! Avec Tschaï, on est projeté sur une planète habitable par les humains (et quelques autres races extraterrestres : Chasch, Wankh, Dirdir et Pnume). Ce livre est la réunion des quatre tomes écrit par l’auteur à la fin des années 60, d’où le pavé de 921 pages . Chaque titre représentait l’une des quatre races extraterrestres.

La préface est très intéressante. Écrite par Caza qui a dessiné les différentes illustrations du roman, elle donne à voir l’avis d’un fan, et d’un connaisseur de SF en général. Les illustrations elles-mêmes sont très belles et surtout très dépaysantes.

Adam Reith, le héros de ce livre, est littéralement projeté sur Tschaï, la planète où des terriens ont été envoyés après que la Terre ait reçu un appel à l’aide datant de 150 années terrestres. Il s’y retrouve seul et tente de comprendre les coutumes locales propres à chaque région de Tschaï. Ainsi il se rend compte que des humains (qui ont évolué différemment par rapport aux humains terrestres et bien sûr en rapport avec leur environnement Tschaïen) sont les esclaves plus ou moins consentants des quatre races extraterrestres qui ont colonisé cette planète. Mais son but, alors même que parfois la beauté de Tschaï est proche de l’envouter, est de revenir coûte que coûte sur la Terre. Il va donc lui falloir une navette spatiale.

Il va d’abord vivre dans la tribu de Traz Onmale, appelée les Kruthes ou hommes-emblèmes. Traz est un jeune adolescent qui va devenir quelqu’un sur lequel Adam Reith va pouvoir compter après des péripéties intenses. Mais les Kruthes n’ont pas de savoirs sur les voyages interplanétaires et Adam Reith va devoir ensuite aller voir chez toutes les autres races pour trouver un moyen de repartir sur Terre.

Les différentes races extraterrestres sont toutes plus étranges les unes que les autres. Certaines sont plus que fières, d’autres sont belliqueuses et d’autres encore sont arnaqueuses. C’est toujours assez drôle de reconnaître des travers très humains mais poussés à leur paroxysme par l’auteur. Et c’est avec plaisir que l’on suit notre héros dans ses péripéties. De bagarres en idylles, de rencontres amicales en traques féroces.

J’ai aimé l’ambiance de cette planète. Belle et insoumise. Étrange avec ses deux lunes et sa lumière jaune. Et surtout sauvage. J’ai adoré les différents rebondissements même si je n’ai jamais vraiment cru à la mort de notre héros… C’est assez plaisant de voir COMMENT Adam Reith va s’en sortir plutôt que s’il va le faire.

Je recommande plus que vivement Tschaï pour le dépaysement, pour l’humour et bien sûr pour la satire sociale et celle de nos émotions que Jack Vance s’amuse à nous décrire.

Roman publié aux éditions J’ai lu – Traduit de l’anglais par Michel Deutsch et Sébastien Guillot

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *