Le corbeau d’Oxford / de Faith Martin

Le corbeau d’Oxford / de Faith Martin

couverture du roman le corbeau d oxford de faith martin

Une enquête de Loveday & Ryder, Tome 1

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter. Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés. La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

Avis : De par sa couverture acidulée, on pense à Agatha Raisin et aux Détectives du Yorkshire, mais Faith martin va plus loin. Le corbeau d’Oxford est en effet basé 100% sur l’enquête là où les précités font la part belle à la chronique villageoise.

Trudy Loveday, 19 ans, est une jeune stagiaire à la police d’Oxford. Elle rêve de devenir enquêtrice mais son patron préfère la cantonner au travail de bureau, et lorsqu’on l’autorise à patrouiller c’est pour l’envoyer à la poursuite de pickpockets et d’exhibitionnistes, sans que personne ne s’attende réellement à ce qu’elle les attrape. Nous sommes en 1960, et pour une femme, exercer ce métier d’homme est une gageure.

Trudy va toutefois avoir la chance de faire ses armes lorsque le Dr Clément Ryder, coroner inflexible surnommé le Vautour, arrive au commissariat pour exiger qu’on lui fournisse un agent pour l’assister dans l’enquête qu’il souhaite rouvrir. 5 ans auparavant, il a assisté à une audience à propos de la mort suspecte d’une jeune fille. Le coroner de l’époque avait alors conclu à un accident, mais quelque chose l’avait toujours chiffonné dans les témoignages des proches et un nouvel élément vient de raviver son intérêt.

Point de romance ici, le Dr Clément Ryder a près de 40 ans de plus que Trudy et s’il va la prendre sous son aile c’est en tant que mentor. Les 2 forment un bon duo, ils vont apprendre à travailler ensemble et à devenir de véritables partenaires. Ils sont sympathiques, on a plaisir à les suivre. Faith Martin les entoure d’un potentiel de développements prometteurs. Chacun a son propre combat à mener. Elle souhaite apprendre le métier de ses rêves, et se faire respecter pour ses capacités, il lutte en secret contre une maladie dégénérative.

Le cadre historique est également intéressant. Pour la dimension sociétale de la place de la femme dans le monde du travail bien sûr, mais également pour l’évolution du travail d’investigation. Il se fait ici « à l’ancienne » : en faisant des recherches, en menant des interrogatoires et en recoupant les témoignages. Pas de relevés d’empreintes ou d’ADN.

Le corbeau d’Oxford propose une première enquête, peut-être pas la plus complexe qui soit, mais bien menée, où les protagonistes vont devoir démêler le vrai du faux. La série comporte déjà 5 livres en vo, et c’est avec plaisir que je lirai la suite des enquêtes de Loveday & Ryder.

Roman publié aux éditions HarperCollins (Noir) – Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Alexandra Herscovici-Schiller

logo challenge dames en noir 3e editionlogo du challenge british mysteries

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *