Le baiser de Caïn / John Connolly

Le baiser de Caïn / John Connolly

couverture du roman le baiser de cain de john connolly

Charlie Parker, Tome 4

Quand Charlie Parker reçoit un appel au secours de l’avocat Elliot Norton avec qui il travaillait lorsqu’il faisait partie de la police de New York, il hésite à descendre en Caroline du Sud pour l’aider dans une affaire qui s’annonce difficile : Atys Jones, le client de Norton, un Noir de dix-neuf ans, est accusé du meurtre de Marianne Larousse, une jeune femme blanche, fille d’une des plus grosses fortunes de l’Etat.

Avis : Dans Le baiser de Caïn, il y a encore plus de poésie, beaucoup plus de beauté et exagérément plus.

Le ku klux klan a des relents par-delà les époques. En ce qui concerne la méchanceté crasse, je crois que le klan se pose là… pas besoin d’explication. Et Faulkner, le prêcheur fou de l’opus précédent, Le pouvoir des ténèbres, s’il est poursuivi pénalement pour les horreurs qu’il a commises au nom de Dieu, a plus d’un tour (légal et paranormal) dans son sac. Va-t-il échapper à la justice ? C’est d’ailleurs le premier point d’achoppement entre Louis/Angel et Charlie Parker, car Angel, qui a été torturé par Faulkner, n’a pas compris pourquoi Parker ne l’a pas descendu quand il le pouvait…

C’est un épisode très douloureux au vu des tortures infligées aux noirs, au vu des violences faites aux femmes et à tous ceux qui cherchent à les défendre (émancipation, choix pour leur corps,….) mais aussi car on y apprend la jeunesse de Louis et d’Angel. Et là, c’est de violence envers les enfants dont il s’agit. Quelle ignominie, et vraiment rien ne leur est épargné ! Quant à nous, lecteur, ce n’est pas de la tarte à lire… abus sexuel, trafic d’êtres humains, meurtre par le feu ou pendaison entourée de taie d’oreillers, et toujours le petit rappel des araignées pour boucler le tout !!!!

Avec Le baiser de Caïn, j’ai encore plus été emportée et marquée par l’enquête de Parker que dans les autres opus. Sans doute car Rachel est plus présente du fait de sa grossesse. Et aussi car on a enfin des explications sur les agissements de Louis et Angel. Et enfin, il y a une fin palpitante autant par le lien que Rachel a avec l’enfant qu’elle porte que par le fait que l’on veut attenter à sa vie. Les ramifications du mal sont profondes et multiples, tellement d’ailleurs que c’est à en perdre l’espoir.

C’est pourquoi je crois que cet opus est un tournant dans cette série. Parker qui veut que justice soit rendue ici et maintenant, va peut-être devoir revoir ses idéaux et surtout son idée même du mal. Il le voit comme erratique et non organisé, alors que son couple d’homo préféré, le voit comme une entité qui change juste de visage sur cette terre… et dont le porteur doit être éradiqué dès que possible.

C’est donc la croisée des chemins et je ne vous dirais pas comment cela se termine pour nos amis. Il faudra le découvrir par vous-même… ou dans ma prochaine chronique ☺ Mais je vous avertis que je vais prendre le temps de lire d’autres livres avant de continuer avec les Charlie Parker. La noirceur absolue et le style de John Connolly, certes mêlant à merveille humour noir et violence, me reste cette fois ci un peu en travers de la gorge…

Roman paru aux éditions Presses de la Cité – Traduit de l’anglais par Jacques Martinache

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *