Un monde meilleur / Marcus Sakey

Un monde meilleur / Marcus Sakey

couverture de Un monde meilleur de Marcus Sakey

Les Brillants, Tome 2

Depuis 1980, 1 % de la population naît avec des dons hors du commun. Trente années durant, le monde a tenté d’ostraciser ces êtres exceptionnels. Aujourd’hui, tout s’inverse : un réseau terroriste dirigé par des Brillants a paralysé trois grandes villes américaines. Les rayons des supermarchés sont désespérément vides. Les appels aux services d’urgence restent sans réponse. Et des fanatiques brûlent des gens vifs. Nick Cooper connaît parfaitement les enjeux : ancien agent chargé de traquer les terroristes, il a par la suite côtoyé leur leader controversé. Nick, lui-même Brillant, et désormais conseiller du président des États-Unis, est fondamentalement opposé aux insurgés – du moins, en théorie.

Avis : J’avais adoré Les Brillants, le premier tome de ce thriller uchronique, et cela faisait longtemps que j’avais envie de lire la suite. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi cela m’a pris tant de temps ! Surtout qu’Un monde meilleur est plus qu’à la hauteur, je l’ai littéralement dévoré !

C’est un page turner redoutable que nous offre ici Marcus Sakey. Il allie un divertissement de qualité, grâce à une intrigue haletante et des personnages travaillés, à une critique du pouvoir politique avec un tel sens du détail que je n’ai eu aucun mal à me sentir immergée, à me projeter dans ce monde si réel, si semblable au nôtre.

Un monde où 1% de la population a atteint un stade plus avancé de son évolution, un monde où les 99% restants – et surtout les têtes dirigeantes à leurs têtes – ont peur, peur de se faire dépasser, reléguer, anéantir. Un monde qui cultive l’égocentrisme, la paranoïa et la suspicion, qui préfère enfermer hommes, femmes et enfants dans un champ de mine plutôt que de leur porter secours sur la base du principe de précaution. Un monde qui ne croit plus en l’humanité mais aux intérêts personnels.

L’auteur a parfaitement rendu ces failles humaines, ce climat qui se délite, ses conséquences et sa violence. Une violence insidieuse, qui attaque au cœur des foyers, là où on se croit protégé. C’était effrayant de voir la peur et la colère prendre possession des gens, leur faire perdre le sens commun, se suspecter, s’attaquer les uns les autres. Effrayant aussi d’imaginer que cela puisse nous arriver, se retrouver coincés sans réserves de nourriture, sans électricité, isolés par ceux-là même qui sont censés nous défendre.

C’est une véritable course contre la montre dans laquelle va devoir s’engager Nick, notre héros plus si vaillant. Miné par les conséquences inattendues de ses actes lors du premier tome, il ne sait plus comment agir. Comment peut-on se faire manipuler, faire plus de mal que de bien en faisant pourtant ce qui est juste ? Les questions de bien et de mal n’ont jamais paru si ambiguës.

Un monde meilleur m’a fait penser aux Chroniques du Grimnoir qui joue sur les mêmes thématiques, mais autant dans la trilogie de Larry Correia on était dans un livre de super héros fun et plein d’action, autant ici tout est hyper réaliste.

Roman publié aux éditions Folio – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sébastien Raizer

logo challenge de l ete 2019

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *