Vernon Subutex / Virginie Despentes

Vernon Subutex / Virginie Despentes

couverture du roman vernon subutex de virginie despentes

Vernon Subutex, Intégral

Qui est Vernon Subutex ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d’un secret.
Le dernier témoin d’un monde révolu.
L’ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.

Avis : Dans le tome 1 de Vernon Subutex, Virginie Despentes plante un décor sombre et glauque. La déchéance de cet homme, rockeur dans l’âme et ancien disquaire, est rendue par l’opinion de ceux qui l’hébergent pour quelques temps avant sa fin inéluctable dans la rue.

Il est question d’héritage de bandes sonores qu’a laissé Alex Bleach, un chanteur de talent. Ces enregistrements mettent en cause Laurent Dopalet dans la mort de Vodka Santana, une actrice porno dans les années 80-90. Et tout le monde de rechercher ces bandes sons ! Il est surtout question de comment on se voit, comment les autres nous perçoivent, comment on s’adapte ou comment on perd nos idéaux…

La galerie de portraits est saisissante : réac, gaucho, lesbienne, cogneur, raciste, extrême droite, actrices porno, ancienne rockeuse, père et mère de famille, vieux beau, jeune fille portant le voile, intello, vieille bourgeoise, SDF, facho…. Tout le monde en prend pour son grade et malgré tout, ils deviennent parfois attachants. Et le tome 1 fini avec Vernon en SDF.

Dans le tome 2, la lumière renaît pour Vernon. On est entrainé par la quête de tous les individus qui gravitent autour de lui car ce qu’il émet les rend meilleurs. Et tous ces paumés qui n’étaient que de vagues relations vont mettre sur pied le retour de Vernon. Il va mixer et ils vont créer une espèce d’élan chamanique européen. Ces rassemblements font planer mieux que n’importe quelle drogue car la descente fait partie de la beauté de ces moments hors du temps. Et de la lumière naît parfois la connaissance. Ici, c’est Faiza, la fille de Vodka Santana, dont elle ne connaissait rien de la vie, qui pourrait se perdre (elle porte le voile et s’enferme dans la religion) mais qui au contraire va s’ouvrir un peu et combattre aussi. Aidée d’Anaïs, une barmaid, elles vont essayer de rendre la justice en souvenir de Vodka Santana et rendent la vie de Dopalet impossible. Mais les ombres et dangers ne seront pas totalement écartés. Ils vont même faire une percée fulgurante dans le tome 3.

Dopalet veut se venger et il va retrouver la trace d’Anaïs, par un concours de circonstance bien malheureux pour la jeune femme. Car la hyène avait essayé de protéger les deux jeunes femmes, des foudres de son ancien employeur, Dopalet. Ce tome est définitivement plus noir même si certaines violences sont contrebalancées par les soirées mixées et une fin pied de nez qui signe l’avènement d’un renouveau ésotérique multinational.

Si j’ai apprécié les trois tomes de cette trilogie, le premier et le troisième sont mes préférés. J’ai plongé tête la première avec les personnages dans leurs limites, leur grandeur, bref toutes les contradictions qui font de nous des êtres humains et des personnages de Virginie Despentes, de beaux specimens barrés et attachants, parfois odieux et petits. Le récit est superbement construit entre fable moderne, thriller apocalyptique et remise en cause profonde de la société.

Virginie Despentes vitriole les bonnes actions, remet en cause tous les fondements de notre société et appuie là où ça fait mal : traitement des SDF, cas des femmes, abus de la religion qui glisse souvent vers le sectarisme, racisme, militantisme passéiste, profiteurs de tous poils, pygmalion qui trahit son élève, parents qui enferment leurs enfants dans leurs propres rêves… Sans parler de tous ceux qui rabaissent les autres comme si cela était un jeu. À l’image du monde réel, aucun des personnages n’est traité de façon manichéenne et ça m’a fait un bien fou.

Peut-être les livres Vernon Subutex, contiennent-ils une dose inconsciente du mix de Vernon-Subutex-le-DJ-magique, qui fait planer et réfléchir et avancer… ? À vous de le lire et de me le dire…

Trilogie publiée aux éditions Le livre de poche

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Tome 1 Tome 2 Tome 3 Trilogie

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *