La loi de Gaia / Caroline Giraud

La loi de Gaia / Caroline Giraud

couverture de La loi de gaia de Caroline GiraudQuatrième de couverture :
Article 1
Les survivants de l’explosion nucléaire sont déchus de leur humanité et doivent porter un tatouage permettant de les identifier. Chaque tatouage représente un animal symbolisant le crime commis pendant la guerre. Un loup pour le meurtre, un lion pour le viol, un renard pour la torture et un tigre pour le rapt d’enfants.
Article 2
Les tatoués seront distribués aux familles et amis des victimes qui pourront ainsi se venger de leurs crimes. Un maître a tous les droits sur son tatoué, excepté celui de le tuer. Il peut le battre, l’exploiter, le revendre, l’enfermer, etc.
Article 3
Toute atteinte d’un tatoué sur un civil sera punie par un emprisonnement à vie dans un camp de torture.

Paris croule sous les bombes et les fusillades depuis que Kagan Közul est revenu se venger de ceux qui l’ont injustement envoyé en prison cinq ans auparavant. Des trois coupables, il n’en reste plus que deux : Sarah et Milian se haïssent, mais à présent ils doivent survivre, ensemble.

Avis : La lecture de la quatrième de couverture de La Loi de Gaia laisse suggérer une bonne intrigue. Sarah, une jeune fille bourgeoise étudiant à Paris, est de retour chez elle pour les vacances. Elle rencontre alors Kagan, un jeune homme que les parents de Sarah ont pris comme esclave. Kagan est un tatoué Lion, jugé coupable – à tort – de viol, aux ordres de la famille de Sarah et doit accomplir toutes les tâches de la maison sans discuter sous peine d’être battu. Mais Sarah est en désaccord avec cette situation et sa relation avec Kagan évolue contre les principes de la société et sans perspective de bonheur à deux.

La structure du texte alterne deux narrateurs et deux périodes : Sarah pour le présent et Kagan cinq ans plus tôt. A chaque changement de chapitre, on change de narrateur. Je trouve cette structure très intéressante car elle permet de créer un suspense entre chaque « histoire ».

Cependant, je ressors déçue de cette lecture. Caroline Giraud écrit les émotions des personnages mais n’est pas parvenu à me les faire ressentir. La faute sans doute à Sarah et Kagan, trop adolescents à mon goût. Les pensées de Sarah sont trop confuses, trop contradictoires et trop nombreuses. J’avais presque à chaque page l’envie qu’elle se taise et ce dès le premier chapitre. Impossible de s’identifier à elle. Surtout à la fin du livre ou je trouve sa réaction plus puérile que jamais. Quant à Kagan, s’il m’a moins déplu que Sarah, j’ai eu énormément de mal à croire en son personnage. Comment un jeune homme qui a tout perdu, battu quotidiennement, accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas commis, peut-il être aussi doux et aveugle.

En outre, si Caroline Giraud laisse beaucoup de place à ses personnages, elle ne donne que peu d’information sur le cadre historique. On apprend que Kagan est un rescapé d’un pays détruit par une bombe atomique. Mais lequel ? Et pourquoi cette guerre ? On apprend également qu’il existe un groupe de rebelles, une résistance formée d’autres rescapés. Mais là encore, je trouve cette part de l’histoire sous-exploitée.

La Loi de Gaia est selon moi un bon roman pour un public « jeune adulte ». L’intrigue de départ me laisse espérer que l’auteure gagnera de l’expérience dans l’écriture et que ses prochains romans seront de meilleure qualité. Mais celui-ci ne me laissera pas un souvenir mémorable à moi, adulte et bonne lectrice.

Roman auto-publié chez Bookelis

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
13
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x