Deadline / Mira Grant

Deadline / Mira Grant

Feed, Tome 2

Quatrième de couverture : La Vérité ne restera pas enterrée… les morts non plus.
Shaun Mason part à la dérive. Il a tout perdu, et l’homme de terrain qui taquinait le mort-vivant au petit déjeuner n’a plus le goût de rien, si ce n’est celui de la vengeance. Lorsqu’une chercheuse rebelle du CCPM lui demande son aide, une horde de zombies affamés sur les talons, Shaun découvre, effaré, la véritable étendue du complot que sa sœur et lui avaient mis au jour. Les implications à l’échelle médicale autant qu’humaine dépassent tout ce qu’ils avaient imaginé. Le virus n’a jamais frappé au hasard et le temps presse : il lui faut démasquer les responsables dans l’ombre avant qu’un second Jour des Morts balaie les survivants…

Attention, gros spoiler sur le premier tome !

Avis : Ayant adoré Feed, je ne pouvais que me jeter sur cette suite. Elle est menée tambour battant, et elle ne m’a en rien déçue. Ce 2e opus est aussi bon, si ce n’est meilleur que le premier. Étant déjà acquise à la cause des protagonistes et conquise par l’univers créé par l’auteur, c’est comme dans une couverture douillette que je me suis glissée dans ce livre. Cette saga est en passe de devenir une de mes séries coup de cœur.

Dans une enquête sans temps mort, nous découvrons que les ramifications du complot, mis au jour dans le premier tome, sont bien plus profondes et terribles qu’on ne l’imaginait. Dans sa quête de la vérité – et de vengeance – Shaun entraine ses blogueurs dans une course trépidante et dangereuse. Ils devront faire face à de puissants ennemis, dans ce qui se révèlera être une guerre où tous les coups sont permis.

Nous avions parlé politique et liberté de la presse dans Feed, nous abordons ici un tout autre aspect de ce monde zombiesque : la virologie ! C’est la science qui est cette fois sur la sellette de l’auteur. Nous en apprendrons plus sur le virus lui-même et sur les modes de transmission de l’infection. Mira Grant amorce une réflexion sur la moralité de la recherche scientifique. Le mieux est-il l’ennemi du bien ? La fin justifie-t-elle réellement tous les moyens ? Tous les poncifs du genre peuvent se retrouver. Pourtant, ces questions sont posées avec doigté et justesse, et sont particulièrement pertinentes dans le contexte de ce livre.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Shaun et sa fine équipe, qui a ici une place plus importante que dans le premier volume. Shaun… Comment le dire gentiment ? Il a perdu la tête. Il n’est plus le même depuis la perte de Georgia. Le casse-cou, l’intrépide Irwin que nous avions rencontré a laissé la place à un écorché vif qui tient des conversations avec sa sœur morte, conduit sa moto et boit les boissons qu’elle aimait – alors que lui, non – pour entretenir l’illusion de sa présence. C’est le seul moyen qu’il a trouvé pour survivre, pour continuer à fonctionner. Elle est là, elle l’accompagne partout… dans sa tête. Et c’est tellement bien fait, qu’on pourrait facilement croire qu’elle est réellement présente. Ils se connaissaient si bien, ils étaient si proches, qu’il sait toujours comment elle aurait réagi ou ce qu’elle aurait dit face à telle ou telle situation.

Mira Grant nous propose encore une fois une histoire intense et intelligente où se mêle de manière magistrale humour, action et émotion. Et elle arrive à nous surprendre à nouveau avec une fin choc, qui rend l’attente du troisième et dernier tome intenable.

« Quand le fait de dire la vérité devient-il un acte de terrorisme ? à partir de quel moment un mensonge devient-il un acte de miséricorde ? »
Extrait de Ma façon de voir les choses, blog d’Alaric Kwong, le 16 avril 2041

Traduit par Benoît Domis – Édité par Bragelonne 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
10
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x