Fièvre d’ombres / Karen Marie Moning

Fièvre d’ombres / Karen Marie Moning


Les chroniques de MacKayla Lane, Tome 5

Quatrième de couverture : « RIEN N’EST AU-DELÀ DE MES CAPACITÉS. JE SUIS TOUT.
Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n’êtes pas né. Vous ne vivez pas.
JE NE CONNAIS PAS LA PEUR.
Que voulez-vous de moi ?
OUVRE LES YEUX. VOIS-MOI. VOIS-TOI.
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal. »
Conversation avec le Sinsar Dubh

Avis : La sortie de ce 5e tome était vraiment très attendue et il n’a déçu en rien mes espérances. Karen Marie Moning nous avait laissé, à la fin du précédent volume, frustrés et dans l’expectative. Elle reprend à l’exact point où elle nous avait abandonné, au pied du corps sans vie que pleure Mac.

Au début, l’histoire et l’intrigue sont, peut-être, un peu longues à se mettre en place. L’auteur s’éternise sur les atermoiements et lamentations de l’héroïne, sur la personne qu’elle a contribué à tuer et amèrement perdue. On ne s’ennuie pas vraiment pendant cette première partie, mais Karen Marie Moning frôle à de nombreuses reprises la limite du soporifique. Ce qui nous tient au livre et nous permet d’avaler plus facilement ces « lenteurs », ce sont les promesses de réponses à tous les mystères posés au fil des tomes de cette série. Alors, on tourne avidement les pages, mais ensuite, lorsque tout démarre on ne sent plus forcé, au contraire, c’est nous qui nous accrochons au livre pour ne plus le lâcher.

D’autres détails de cette première partie m’ont tout de même contrariée, tel que le chapitre où c’est Danny qui prend la parole. Cette jeune ado de 13 ans, a un franc parlé et utilise un langage très vulgaire. Du coup, voir l’histoire à travers son regard m’a assez désarmée et je n’ai pas franchement apprécié l’expérience. J’ai eu même très peur que l’auteur réitère ce procédé par la suite, en alternant successivement les points de vue de Mac et de Danny. Si cela avait été le cas, je crois que j’aurais fini par sauter ces passages, car ce chapitre était assez imbuvable.

L’autre petit reproche de cette première partie du roman, c’est la relation entre Barrons et Mac. Avec eux, c’est un pas en avant trois pas en arrière. Karen Marie Moning nous laisse même, à un moment, l’impression de faire repartir leur relation à zéro. C’est frustrant, énervant et, à la longue cela devient on ne peut plus lassant, car c’est, aussi et surtout, cette intrigue amoureuse qui porte le roman depuis le début de la série. Mais que tout le monde se rassure, malgré le déni de Mac sur les sentiments qu’elle porte à Barrons et les secrets de cet énigmatique et charismatique personnage, tout ne fait que vraiment commencer entre eux !

Ainsi, nonobstant ces petits « contretemps », l’auteur nous ravit par la suite en menant l’histoire tambour battant et en répondant au fil du récit à toutes nos interrogations et aux mystères de sa série. A savoir : Qui est vraiment Mac, ainsi que Barrons, Ryodan et ses hommes ? Qu’est devenu Christian ? Qui est le roi unseelie ? Est-ce Barrons comme le pensait Mac ? Arriveront-ils à attraper le Sinsar Dubh et à redresser les murs de notre monde ? Qui est le meurtrier d’Alina ? Les parents de Mac sont-ils toujours envie ? Qu’est devenu V’lane ?

En plus de ces nombreuses révélations, Karen Marie Moning multiplie les rebondissements et les retournements de situations, rendant ce tome très prenant. L’écriture facile à lire renforce la diligence de notre lecture et les pages défilent rapidement. Ce volume de dénouement est très bien fait, même si certaines explications m’ont semblée un peu légères, notamment celle sur Barrons. L’auteur n’explique pas comment et pourquoi il est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Et les origines de Mac, par trop de retournements, restent nébuleuses jusqu’à la fin et peu crédibles et assez insensées suite aux explications.

Jusqu’au bout on s’attend, comme Mac, à une fin tellement grandiose, qu’elle reste tout de même un peu décevante par sa simplicité. Des trahisons et encore des trahisons sont la cause de tous leurs maux ! Malgré toutes ces critiques, j’ai beaucoup aimé ce 5e tome, qui clôture parfaitement cette série, tout en nous laissant un gout d’inachevé. On espère alors avoir des nouvelles de nos héros et retrouver cet univers très bientôt.

3 comments

  • Avatar

    Tu fais beaucoup de reproches à un livre que tu sembles avoir aimer ^^
    Personnellement, je n'ai absolument pas aimer le 1° tome, j'en avais d'ailleurs fait une très mauvaises critique. Du coup, je n'ai pas continuer la lecture de la série (^_^)

    Reply
    • Avatar

      C'est vrai, il y a plusieurs points qui m'ont chagrinée !! Mais il arrive parfois que le livre ne soit pas génial mais que la fin sublime l'ensemble et inversement. La fin d'un ouvrage, comme une conclusion d'une composition, joue beaucoup sur la dernière impression que te laisse une œuvre. Ici, sur les 888 pages, les 150 p. du début n'étaient pas sensationnelles et la fin était légèrement en deçà de mes attentes. Mais il reste, tout de même, 700 p. remarquables ! Alors oui, j'ai été déçue, mais dans l’ensemble j’ai aimé cette lecture. On ne peut pas adhérer à tout, enfin si parfois et, là c'est un coup de cœur, ce qui n'est pas le cas de ce tome-ci ! Peut-être que j'en attendais un peu trop, surtout pour une fin de série !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *