Lucie se rebiffe / Caroline Kant

Lucie se rebiffe / Caroline Kant

couverture du roman Lucie se rebiffe de Caroline Kant

L’immeuble de la rue Cavendish, tome 3

Quand son cher époux est mort, Lucie ne s’attendait certainement pas à hériter de… ses dettes. Ses enfants ne lui parlent plus (il faut dire qu’elle n’a jamais pu retenir le prénom de ses petits-enfants) et, ruinée, elle est obligée de déménager ! En plus, ses nouveaux voisins sont insupportables – surtout le petit Hyppolite, un vrai pot de colle.
Heureusement que Lucie peut se changer les idées avec ses meilleures amies et le charmant Henri qu’elle vient de rencontrer. Mais les apparences sont trompeuses et, alors que Lucie découvre des qualités insoupçonnées chez ses hurluberlus de voisins, son nouveau et mystérieux prétendant n’est peut-être pas celui qu’elle croit…

Avis : C’est de Lucie, une nouvelle arrivée dans l’immeuble de la rue Cavendish dont il est question dans ce tome 3. Lucie, à qui il arrive un tas de choses… mais des choses ! Assez graves, tout en étant pas si grave que ça, car il y a des voisins pour l’aider (on retrouve le petit voisin Hyppolite, Guy le looser et son chien Gordon, et on découvre Aimée, la concierge). Et Lucie peut aussi compter sur ses amies de toujours : Martha et Evelyne. Âgée, veuve et ruinée, elle ne peut pas compter sur ses deux enfants. Elle cache d’ailleurs sa déchéance à ses proches au début du roman.

Les huissiers et son banquier se chargent de lui réclamer leur dû. Et grâce à Guy et Aimée, elle ne se fait pas tout réquisitionner et peut remeubler un peu, à moindre coût. Mais très vite d’autres soucis surviennent, et elle est obligée d’avouer sa situation. Et c’est là que pour moi, Lucie se rebiffe pêche trop par excès de bons sentiments : tout le monde sauve tout le monde ! La bienveillance en barre (d’immeuble ????).

Alors certes, il reste du suspense (Henri est-il avec Lucie pour sa beauté ou pour l’argent qu’il pense qu’elle a ?, Lucie va-t-elle suivre les conseils de sa coiffeuse, Kylie et avoir une coupe un peu moins stricte ? Si si, c’est primordial…). Certes, le plaisir de retrouver ou découvrir des personnages attachants et déjantés est présent tout au long du roman, particulièrement le trio de copines sexagénaire. Certes aussi, Caroline Kant sait manier l’écriture pour rendre la résolution des soucis haletante. Mais… c’est trop beau pour être vrai, tous ces gens qui s’écoutent, s’entraident, font psy, s’acceptent et acceptent les autres tels qu’ils sont. Ce tome 3 est vraiment trop bienveillant pour moi.

Heureusement, il y a aussi de l’humour et du rythme. Lucie apprend certains anglicismes et ses réactions de jalousie sont vraiment drôles ! Quant au rythme, même si la trame m’a paru cousue de fil blanc, Caroline Kant a le don de vous entraîner à sa suite dans un tourbillon d’actions.

Malgré les défauts de Lucie se rebiffe, j’ai hâte de retrouver les voisins de l’immeuble de la rue Cavendish dans le prochain épisode, prévu en mars 2023. Et de peut-être, percer le secret des enfants qui auraient été cachés dans les chambres de bonnes qui appartiennent à la famille de Guy, il y a des décennies. En espérant que l’autrice sera revenue au style du 1er tome, Les manigances de Margaux

Roman publié aux éditions Les escales (Séries)

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x