Les manigances de Margaux / Caroline Kant

Les manigances de Margaux / Caroline Kant

couverture du roman Les manigances de margaux de Caroline Kant

L’immeuble de la rue Cavendish, Tome 1

Après une douloureuse rupture, Margaux, la vingtaine, s’installe dans l’appartement que lui prête son oncle, rue Cavendish. Proche des Buttes-Chaumont, l’immeuble ne manque pas d’animation : entre la concierge désagréable qui exige qu’on l’appelle Mme Nathalie, le vieux fou du 2e et l’insupportable gamine du 4e, Margaux trouve à peine le temps de se vautrer devant ses films d’horreur préférés !
Heureusement, elle peut compter sur ses autres voisins : Victoire, Charlotte et Markus répondent toujours présents pour débriefer autour d’un verre. Surtout quand Margaux rencontre le beau gosse de l’immeuble en face ! Mais tout se complique quand des bruits inquiétants s’échappent de l’appartement au-dessus : Margaux décide alors de mener l’enquête, au risque de se mettre elle-même en danger…

Avis : Quel bel objet livre ! Et que de rebondissements et de vies étonnantes dans cet immeuble !

Par quoi devrais-je commencer ? Il y a tellement de choses à dire. Ce roman est foisonnant et offre vraiment des perspectives intéressantes pour les nombreuses suites de cette série que j’ai hâte de lire !! Et malgré ce fourmillement de personnages et de péripéties, jamais Caroline Kant, n’embrouille ou n’agace. Alors que ce n’était pas gagné avec moi, qui ai du mal avec les amourettes ou les situations mièvres que peuvent produire ce genre de série. Mais il n’en est rien : Les manigances de Margaux est prenant, efficace et tout sauf simpliste ou mièvre.

Commençons par le commencement : Margaux Klein, une chiropraticienne, vient de se séparer de son amour de jeunesse, Eliott. Elle n’arrive pas à rebondir et déménage dans un appartement appartenant à son oncle, Aurélien Fischer, Rue Cavendish dans le 19ème arrondissement de Paris pour se tenir loin d’Eliott. Pour la soutenir, elle peut également compter sur ses amis et collègues : Nicolas l’ostéopathe, et Juliette la nutritionniste. Mais elle va vite découvrir que son immeuble regorge de « personnages » : de futurs amis en puissance, mais aussi des frappadingues ! Je ne vous en ferai pas la liste car l’un des plaisirs de cette lecture est de les découvrir !!!

Car la galerie de personnages pensée par Caroline Kant est une vraie réussite. Certains ont des hobbies bizarres (les films d’horreurs vraiment gore), d’autres marchent toute la nuit avec leurs escarpins, ou se prennent pour ce qu’ils ne sont pas. Même les animaux ont une place de choix dans la vie de l’immeuble. Il y aura aussi (peut-être ?) de l’Histoire avec un grand H, avec des personnages du passé de l’immeuble, pendant l’occupation allemande. C’est en tout cas ce que suggère la lettre en fin de roman et les explications d’un voisin, Guy, qui a toujours vécu là…

L’autre plaisir de ce premier tome de L’immeuble de la rue Cavendish est le suspense ! Que ce soit sur les amours de Margaux, sur les tribulations d’Alphonse, son voisin un peu fou, ou sur la disparition de Perla, sa voisine du dessus, on est sans arrêt aux aguets. Et les retournements de situations en amours comme en enquête sont jubilatoires. C’est un concentré de vies que nous offre l’autrice. Vies plus ou moins palpitantes, vies bruyantes (enfants, talons, cris des films d’horreurs…), vies différentes (gays, artistes, juifs…). Cet immeuble est un miroir aux travers de notre société, mais tout cela est fait de façon assez légère.

Bref, vous l’aurez compris j’ai plus que hâte de lire Charlotte se cherche, la suite des Manigances de Margaux. Et cela tombe bien puisque je l’ai. À très vite donc pour la suite des aventures passionnantes de L’immeuble de la rue Cavendish !

Roman publié aux éditions Les escales

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
2
0
Participez à la vie du blog en laissant un commentaire :)x
()
x