Par qui la mort arrive / Joseph Hansen

Par qui la mort arrive / Joseph Hansen

Rick Wendell, copropriétaire d’un bar gay, a été assassiné. Debout, à côté de son cadavre, se tenait Larry Johns, prostitué occasionnel. Pour tous, l’affaire paraît claire. Mais pas pour Dave Brandstetter, enquêteur des assurances, qui trouve que Larry fait un coupable un peu trop idéal. Pendant un concours pour l’élection de « Mr Marvelous », Dave découvre la vérité. L’amour, qu’il soit hétéro ou homo, peut engendrer la jalousie, la haine et le désespoir, et il y a toujours quelqu’un qui souhaite vote mort.

Avis : Voici un super roman policier… sans presque d’agent de police ou d’inspecteur !

Dans Par qui la mort arrive, nous avons à faire avec un enquêteur de maison d’assurance, la Médaillon Vie. Dave Brandstetter travaille pour l’entreprise de son père. Il est homosexuel, mais cela ne se sait pas trop. En tout cas, pas dans son agence.

Il y a eu un mort, Rick Wendell, co-proprietaire du bar gay, le Hang Ten. Chez lui, pris en flagrant délit (tout du moins pour les flics) Larry Johns, un homo qui semble se prostituer. Il avait l’arme à la main. Pour Dave pourtant, rien n’est ce qu’il paraît !

Ça ne colle pas, reconnut Dave. Mais rien ne colle dans cette affaire. C’est ce qui m’embête. […] Mais ça viendra.

Pour le rythme, le suspense et les faux semblants, Joseph Hansen sait s’y prendre. Il m’a régalée du début à la fin. Il ne laisse pas un temps de repos et sait dérouler les doutes de son inspecteur à l’assurance.

Pour le décor des nuits gay chaudes et bigarrées (et des lendemains qui déchantent parfois), il réussit à ne pas tomber dans l’excès, mais à nous faire ressentir la pression mise sur cette communauté qui à l’époque (mais cela a-t-il tant changé ?) était mal vu, tout juste admise si tout redevenait « droit » au petit matin. Il se fait plutôt l’avocat de la vie relativement « rangée » de Dave en saupoudrant son enquête de détails sur son couple.

Ce roman est dense (beaucoup de personnages, des implications morales, pécuniaires…) mais fluide. Il est d’une époque qu’on espère révolue mais reste moderne dans son traitement. Il crée par son rythme et les circonstances plausibles des différents personnages une addiction qui m’a emportée. Vous aussi je suis sûre vous voudrez savoir par qui la mort arrive !!!!

Roman publié aux éditions Rivages (Noir) – Traduit de l’Anglais (États-Unis) par Marie-France Watkins et révisée par Bénédicte Dubuisson.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
2
0
Un p'tit commentaire, m'sieur dame ? :)x
()
x