Le marteau des sorcières / Fabien Cerutti

Le marteau des sorcières / Fabien Cerutti

Couverture de Le Bâtard de Kosigan, tome 3 Le marteau es sorcières, de Fabien CeruttiLe Bâtard de Kosigan, Tome 3

1341, sur les traces de son passé, le Bâtard de Kosigan et sa compagnie s’enfoncent dans les profondeurs de l’Empire germanique au service d’un puissant seigneur du Rhin. Les mystères s’épaississent, mêlant complots, magie et religion, sur fond de chasse aux sorcières. Le chevalier devra naviguer avec prudence sur des eaux redoutables où l’Inquisition rôde et où il est parfois difficile de distinguer amis et ennemis. À quelques siècles d’intervalle, Kergaël de Kosigan tente d’élucider les interrogations soulevées par les écrits de son ancêtre. Mais remuer les secrets de l’Histoire s’avère périlleux et la vérité a toujours un prix.

Avis : Le temps passe si vite ! Cela faisait un moment que j’avais quitté le Bâtard Pierre Cordwain de Kosigan et son descendant, Kergaël, mais je ne regrette pas d’y être enfin revenue avec Le marteau des sorcières !

Comme dans les précédents tomes, l’histoire se déroule sur 2 axes. D’une part nous suivons le Bâtard en 1341, alors qu’il arrive à Cologne pour mettre sa compagnie au service de l’herzog von Hohenstaufen dans ses démêlés avec les sorcières du Mondkreises et l’Inquisition. Officiellement. Car comme toujours, Kosigan a quelques plans personnels en réserve. De l’autre, nous retrouvons Kergaël début 1900, dans la correspondance qu’il échange avec ses amis pour tenter de faire la lumière sur son ascendance et sur la possible existence de la magie.

J’ai adoré l’idée sur laquelle se base cette partie : que l’existence des créatures surnaturelles aurait été supprimée de l’Histoire grâce à un immense complot de l’Église catholique. Une théorie étayée grâce à des documents et témoignages historiques et des recoupements et analyses logiques. L’enquête des protagonistes était assez passionnante à lire, et cela donne à cette fantasy historique un petit côté uchronique vraiment très agréable. Mieux, cela nous ferait même douter, nous lecteur : et si cette Histoire était notre Histoire ?

Ainsi, alors que dans les 2 premiers tomes j’avais une nette préférence pour la partie ou nous suivions Kosigan, elles se révèlent ici, aussi prenantes l’une que l’autre. Et même, dans la première partie du roman j’ai préféré celle où nous suivons Kergaël, avant que les choses ne commencent à devenir plus intenses pour le Bâtard.

Le marteau des sorcières est mon tome préféré jusqu’ici et j’ai maintenant bien hâte de lire la conclusion que Fabien Cerutti nous a concoctée avec Le testament d’involution !

– Je peux vous faire confiance, chevalier de Kosigan ?
Malheureusement il vaudrait mieux éviter.
– Bien sûr que oui, je dirais même, ne faites confiance à personne d’autre. Je suis un menteur, mais les autres sont pires.

Le marteau des sorcières est un roman paru aux éditions Mnémos
Lire aussi l’avis de Thrr-Gilag

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *