Lectio Letalis / Laurent Philipparie

Lectio Letalis / Laurent Philipparie

couverture du roman Lectio Letalis de Laurent Philipparie

Paris. Un assistant d’édition tout juste embauché se tranche les veines à la lecture du premier manuscrit qui lui est confié. C’est la troisième fois, en quelques semaines, que le même scénario-suicide se produit dans cette maison d’édition.
Bordeaux. Le lieutenant Gabriel Barrias, ancien indic devenu flic, enquête sur l’assassinat atypique d’un psychiatre massacré par un rapace, dans son cabinet, en pleine consultation.
Deux affaires éloignées en tout point, et pourtant. Un nom apparaît des deux côtés. Celui d’Anna Jeanson, qui fut, dix ans plus tôt, l’unique survivante d’un suicide collectif survenu dans une secte dressant des animaux à tuer.

Avis : Avec le suicide du nouvel assistant d’édition dans les trois premières pages, j’ai été entrainée sur la piste de ce livre tueur (Lectio Letalis en latin) à un rythme effrayant et avec un parterre de personnages bien construits, des rebondissements surprenants et une histoire complotiste plausible et intelligente.

Cette affaire de suicides cache une autre histoire, plus ancienne, mais qui ressurgit brutalement lors du meurtre d’un psychiatre. Les suicides surviennent après la lecture d’un manuscrit alors que les lecteurs allaient bien. Le psychiatre a été tué vraisemblablement par un rapace. Quelle folie, quelle étrangeté ?
Deux flics vont devoir décrypter, enquêter et passer outre certaines règles ou croyances pour sauver le plus de vies innocentes, à commencer par la leur. Ils seront (ou pas ?????) aidé par un indic, un ancien flic, une commissaire et sa fille assistante du médecin légiste, le directeur des éditions Paul Gerber, et la potentielle tueuse, Anna.

Tout est rudement bien décrit. Les scènes, les actions, et la psychologie des personnages. Les rebondissements sont brillants et bien huilés. On a droit à des courses poursuites, de la plongée sous-marine et un retranchement dans la forêt. Mais aussi à des explosions, du feu, de la drogue, une rave, et même un débarquement sur la dune du Pila.

Le basculement des esprits est un vrai rouage du récit. Les équipiers ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Les protagonistes sont forts mais pas héroïques. Laurent Philipparie suscite mon admiration pour être parvenu à faire tenir la route à une histoire de complot avec oiseau ET livre tueur sur fond d’hypnose sectaire.

Oserez-vous lire ce Lectio Letatis ? En tous cas, je vous le conseille plus que chaudement !

Roman publié aux éditions Belfond

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *