La Fée, la Pie et le Printemps / Elisabeth Ebory

La Fée, la Pie et le Printemps / Elisabeth Ebory

Couverture de La Fée, la Pie et le Printemps d'Elisabeth EboryEn Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine… Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.

Avis : La première chose qui m’a marquée dans La fée, la pie et le printemps, c’est le style. Un style léger et plein d’humour qui m’a embarquée à la suite d’Elisabeth Ebory et de ses personnages, dés les toutes premières pages du roman. Un style qui ne m’a ensuite plus lâchée, consolidé par une aventure enlevée et des protagonistes attachants.

L’auteure a fait le choix d’une double narration, qui nous permet ainsi d’englober les différentes facettes de son histoire. D’un côté nous suivons Philomène, fée voleuse et solitaire qui a développé un goût immodéré pour les artefacts magiques de ses condisciples – beaucoup trop pour sa propre sécurité. Par hasard, son chemin va croiser celui d’une bande de voleurs humains, à laquelle elle va momentanément s’allier, intriguée par leurs secrets et charmée par le sourire de leur chef. Il faut dire que Clem, Odd, Vik et S ne sont pas tout à fait des voleurs comme les autres… Mais il faudra lire La Fée, la Pie et le Printemps pour comprendre pourquoi !

De l’autre, un observateur omniscient nous narre l’arrivée de Rêvage. Fée puissante échappée de sa prison de brume, elle conçoit le lourd projet de restaurer l’ordre des fées sur celui des humains. Ourdie depuis des décennies, sa machination est prête pour son grand final. Mais que sont les meilleurs plans face aux aléas de la vie ? Et lorsqu’une fée impertinente et des enfants bagarreurs se dressent devant vous, rien ne va plus !

Outre une histoire pleine de panache, Elisabeth Ebory utilise les ramifications de son intrigue et les antagonismes de ses personnages pour interroger sur le sentiment de solitude et de ce qui fait une famille, mais aussi sur les notions de pouvoir et de libre arbitre. Nos héros auront des choix à faire et devront en assumer les conséquences.

La fée, la pie et le printemps nous invite au merveilleux, aux légendes et à la féerie. Ça pétille et ça virevolte. Je suis complètement tombée sous le charme de cette histoire et suis ravie de savoir que l’auteure travaille à une suite !

Roman publié aux éditions ActuSF (Bad Wolf)

logo 4e edition challenge de la licornelogo abc imaginaire 2017

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *