La délicatesse / David Foenkinos

La délicatesse / David Foenkinos

Quatrième de couverture : « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse… – Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ». 

Avis : Ce roman nous raconte une jolie histoire, triste, amusante et drôle. C’est subtilement amené et conté. Les deux principaux protagonistes sont touchants de sincérité et d’innocence. C’est frais et en même temps léger et profond. J’adore le style d’écriture de l’auteur, que la 4e de couverture illustre parfaitement. Elle vous donne une idée du ton donné au récit. C’est décalé, particulier, et c’est pour cette raison que j’ai particulièrement aimé ce livre. 

Il aborde en finesse un sujet délicat et triste, tout en évitant de tomber dans le pathos. Il dessine le portrait d’une jeune femme abattue par la mort de son mari. C’est une perte considérable pour elle, car il était son repère et, par son absence, son univers et sa confiance disparaissent. Elle se plonge alors corps et âme dans le travail et se reconstruit lentement et difficilement, peu à peu chaque année. L’arrivée de Markus dans sa vie, lui permettra de reprendre goût à la vie, de se reconnecter au monde qu’il entoure. Il est comme un électrochoc. Sa personnalité détonante, son tempérament et ses comportements singuliers, voire hors-normes, lui permettent d’ouvrir les yeux et de renouer avec la réalité. 

Nathalie est un être fragile, doux et intelligent. Sa vie débute comme un conte à la « Amélie Poulain », c.à.d. c’est aussi inattendu que naïf. Markus est un homme gentil par excellence. On l’imagine grand et effacé. Mais sous ses airs de benêt, se cache un être fin aux répliques déconcertantes, piquantes et souvent drôles. Il se démarque des autres hommes que côtoie Nathalie, par ses attitudes et son comportement de gentleman. Deux personnes que tout opposent, mais qui étaient faites pour se rencontrer. 

Voilà un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et qui donne envie de découvrir les autres œuvres de l’auteur. J’aime le style d’écriture et le ton du récit que David Foenkinos emploie. Ils donnent le sourire. C’est un concentré de bonheur et de rires qui procure de l’espoir. 

Roman édité par les éditions Folio.

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *