Akanah / Ange & Briones

Akanah / Ange & Briones

La geste, Tome 2
Quatrième de couverture : Quand les dragons
apparaissent, le chaos les suit et ravage les régions alentour. Un chaos que
seules les jeunes vierges peuvent traverser indemnes…
Avis : Cette BD me laisse assez perplexe, car je trouve
que le scénario est bien fait, l’histoire est intéressante, mais le décorum
dessert l’ensemble. En effet, les tenues affriolantes des chevaliers dragons
ridiculisent le travail du scénariste. Au lieu d’avoir une histoire réfléchie et
crédible, qui tient la route, on a l’impression d’avoir une histoire de série B
où les formes des femmes sont mises en avant pour séduire le lecteur. C’est
dommage, même si je pense que les auteurs jouent à fond sur ce décalage. Ils
renforcent ce sentiment par le fait que seules des vierges ne peuvent pas être
vues par les dragons. C’est vraiment un truc de macho et le style et
l’habillement des filles consolident cette impression. Mais n’en font-ils pas
un peu trop, n’exagèrent-ils pas un peu ce choc des pensées ?
Dans tous les cas, ils en sont conscients et s’en servent
dans leur récit, car nombre d’hommes les voient comme des filles faciles et
leur reproche d’être trop dénudées pour des chevaliers dragons. Ces jeunes
femmes sont élevées dès leur plus jeune âge à combattre et tuer les dragons et
souvent, sont vouées à mourir jeunes. Pour elles, il n’y a pas d’équivoque, car
elles veulent profiter de la vie tout en consacrant cette dernière, à défendre
les habitants du veill. Malheureusement, j’avoue qu’au fil des pages, ce style
est lassant.
Toutefois, l’histoire m’a assez plu et convaincu pour me
donner envie de lire le tome suivant. Car lorsqu’on fait abstraction à cette
gêne, à cet accroc, on plonge facilement dans l’intrigue qui est très bien faite.
On se rend compte que ces femmes ne se limitent pas à un physique. Elles
prouvent une vraie soif de vivre et surtout d’avoir une vie comme tout le
monde. Il ne faut pas se fier aux apparences, elles sont plus intelligentes et
ingénieuses qu’elles ne le font croire. L’habit ne fait pas le moine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *