La dernière réunion des filles de la station-service / Fannie Flagg

La dernière réunion des filles de la station-service / Fannie Flagg

Couverture de La dernière réunion des filles de la station service de Fannie Flagg aux éditions Cherche Midi

Maintenant que la dernière de ses filles a convolé en justes noces, Sookie peut enfin s’autoriser à ne rien faire. À presque 60 ans, il serait temps ! Seulement, une lettre livrée par erreur vient soudain bousculer son paisible programme. S’y étale, noir sur blanc, le mensonge de toute une vie…
Mise sur la piste d’une mystérieuse vieille dame, femme libre et héroïne de guerre, Sookie retrace à tâtons le fil de son histoire. Ses pas la mèneront à une lointaine station-service du Wisconsin où l’attendent un autre passé et, peut-être, un nouveau départ…

Avis : Il y a… une éternité, j’ai eu un coup de cœur pour le film Beignets de tomates vertes, et depuis j’ai toujours eu envie de lire les romans de Fannie Flagg. Lorsque je suis allée en librairie enfin acheter les Beignets… ils ne l’avaient pas. Frustrée, c’est avec La dernière réunion des filles de la station-service que je suis repartie.

Au début des années 2000, à Point Clear en Alabama, Sookie Simmons Poole, 59 ans, a la désagréable surprise de découvrir qu’on lui a menti toute sa vie, et qu’elle est une enfant adoptée. Elle, dont la mère, l’incroyable, infatigable et excentrique Lenore Simmons Krackenberry, lui a rendu la vie impossible avec l’héritage Simmons, l’image et les devoirs de la famille, n’est pas une Simmons. Sa vraie mère serait une obscure polono-américaine du Wisconsin.

Je l’avoue je m’attendais à aimer ce livre autant que j’avais aimé le film. Et ce ne fut pas le cas, j’ai même eu beaucoup de mal à rentrer dedans au début. En cause, le personnage de Sookie, qui incarnait pour moi le parfait cliché de la femme sudiste : évaporée, femme au foyer dépendante de son mari, et qui a besoin de sels à chaque contrariété (je comprends que sa découverte soit un choc, mais sérieusement, qui a des sels à demeure ?).

Heureusement, en alternance des chapitres qui lui sont consacrés, nous découvrons la ville de Pulaski, et la famille Judabralinski. Et particulièrement Fritzi, l’ainée des 4 filles. Frondeuse, anticonformiste, elle se prend de passion pour les avions au point de non seulement passer son brevet de pilote, mais de devenir cascadeuse dans un cirque volant. Nous sommes à la fin des années 30.

Et c’est vraiment cette partie qui m’a enthousiasmée. J’ai adoré découvrir la vie de cette famille attachante, la façon dont le père a fait du « rêve américain » sa réalité, l’entraide et le soutien qui régnait entre ses membres, les amours des filles, la façon dont elles se sont investies pour résister aux années de guerre, et comment elles ont participé au programme Women Airforce Service Pilots. Le WASP était une organisation pionnière qui, en 1943, rassemblait des femmes pilotes civiles pour des missions stratégiques et logistiques pour l’armée américaine, et ainsi libérer les hommes pour le combat. Et comment, elles ont été éjectées de l’armée lorsqu’on n’a plus eu besoin d’elles. C’était assez passionnant.

Et heureusement, au fur et à mesure que l’histoire avance, cela s’améliore aussi du côté Sookie. On finit par dépasser sa superficialité apparente, et elle est même à l’origine de quelques scènes bien drôles. Et je l’avoue, finalement, j’aime bien la morale de La dernière réunion des filles de la station-service. Car les thématiques de fond que Fannie Flagg aborde ici sont la résilience, l’acceptation de soi, la place de la femme.

Grâce au Dr Shapiro, elle avait compris que la réussite dépendait moins de ce qu’on avait accompli que de ce qu’on avait surmonté.

Roman publié aux éditions Cherche – midi – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Luc Piningre
Lire aussi l’avis de Frankie

9 comments

  • Avatar

    J’avais apprécié son roman beignets de tomates vertes mais je n’ai pas relu l’auteure depuis…
    Malgré un début plus difficile, tu notes certains points forts quand même qui retiennent mon attention! Je me laisserait peut être tenter si l’occasion se présente!

    Reply
    • Zina

      D’après ce que j’ai vu, beaucoup ont immédiatement apprécié Sookie, alors c’est une question d’appréciation. En tout cas ce que j’en retiendrai vraiment, c’est l’histoire des WASP, une super découverte !

      Reply
  • Avatar

    Je fais partie de celles qui ont beaucoup aimé Sookie et ce dès le début ! Quand je te lis, j’ai vraiment l’impression de voir une autre femme 😀 Bon cependant, c’est sûr que j’ai préféré les scènes du passé et notamment Fritzi et les Wasp. Comme toi, je suis ensuite allée me renseigner sur ce corps de pilotes et j’ai été en colère de voir qu’elles n’ont été reconnus que bien longtemps après.

    Reply
    • Zina

      Oui cette dégradation du rôle que les femmes ont pu jouer dans l’histoire est vraiment révoltant. Récemment j’ai vu un reportage sur les femmes et les débuts du cinéma, c’était passionnant, et encore une fois, leur rôle a été écrasé, et elles ont été évincées d’une industrie qu’elles avaient largement contribué à créer.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *