Mon coeur restera de glace / Eric Cherrière

Mon coeur restera de glace / Eric Cherrière

Couverture de Mon coeur restera de glace d'Eric CherrièreIl existe au cœur du cœur de la forêt un endroit où vivent les sapins les plus anciens, protégés du vent comme de l’exposition au soleil, de la pluie, de la neige. Protégés aussi du regard des hommes. Une combe lointaine et tempérée qui fut un jour une frontière infranchissable devant laquelle l’enfant s’était dit « Quand je serai grand, je vivrai là. »
Dans ces bois du fin fond de la Corrèze, un jeune garçon trouve refuge en 1918, en compagnie de son frère, une « gueule cassée ». Une guerre plus tard, des soldats allemands s’y enfoncent, sur les traces d’une de leurs unités disparues. Ces mêmes arbres que l’on retrouve en 2020, peints sur les murs de la chambre d’hôpital d’un vieillard allemand.
Aujourd’hui le vieil homme va parler. Révéler le secret de cette forêt qui ébranlera bien des existences, bien des certitudes. Bien des familles.
De 1918 et 1944 à 2020, Mon cœur restera de glace couvre un siècle de guerres fratricides. Ce roman noir, qui explore les destins d’individus ordinaires perdus aux carrefours de l’histoire, est aussi le roman de la beauté face à la violence. De ces fleurs qui poussent sur les champs de bataille.

Avis : « Mon coeur restera de glace chères Pipelettes. Et il est pour vous ! » – Eric Cherrière. Et comment ! Ce livre est une révélation ! Un cadre historique, un roman noir, trois guerres, 189 pages. Une prouesse !

1914. 1944. 2020. Trois dates, trois contextes historiques différents mais un point commun : la Corrèze et ses immenses conifères qui traversent les âges et gardent parmi leurs épines de terribles secrets. Une famille, marquée à vie par trois guerres – la guerre de 1870, la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale – qui perd ses membres et son nom. Un homme, sur son lit d’hôpital, revenu d’entre les morts, une miracle médical qui attire le panthéon médical européen mais aussi les historiens de par son passé d’ancien caporal nazi. Quel est le lien entre ce vieil homme et le jeune boulanger corrézien que l’on fait venir expressément à Hambourg ? Pourquoi le vieil homme ne veut-il parler qu’à lui ?

On reste de glace après notre lecture. Ce roman est percutant : 189 pages d’une densité d’actions et de descriptions bouleversante. On a l’esprit et le coeur à vif. On prend de plein fouet une vague d’émotions contradictoire et on ne sait plus quoi en faire : le dégoût se mêle à la curiosité, la haine à la compassion. On alterne les époques au fil des pages dans une logique imparable. On alterne entre le vécu du vieil homme et le ressenti de Stéphane qui recueille cette histoire inimaginable, aux vérités jusqu’ici indicibles, cachée au creux des troncs des conifères corréziens. On reste pétrifié en lisant les atrocités subies par les Juifs découverts dans ce village corréziens ainsi que les prisonniers réquisitionnés parmi les habitants pour que le compte soit bon. On est apeurés en lisant la chasse à l’homme qui se déroule dans ces bois, entre le fameux Croquemitaine qui sévit et les troupes SS poursuivies. On détourne les yeux ou on lit d’un œil les actes de barbaries innommables et inimaginables qu’il fait subir à ses victimes. La Seconde Guerre est connue pour être une guerre d’anéantissement où on a aboutit, des deux côtés, à une violence extrême. Celle évoquée par Eric Cherrière, aussi romancée soit-elle, dépasse une limite au-delà du réel.

On reste de glace, dans le sens admiratif de l’expression, face à la plume d’Eric Cherrière. Être poétique dans un contexte historique où l’inhumain est à son apogée. Être percutant et visuel en 189 pages. Lier trois époques si différentes en une histoire familiale. Dire si peu, faire autant réfléchir et être aussi précis en si peu de pages. Un virtuose !

Un récit percutant par son intensité, sa noirceur et son contexte historique en si peu de pages. 

Roman publié aux éditions Belfond.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Un p'tit commentaire, m'sieur dame ? :)x
()
x