De pierre et d’os / Bérengère Cournut

De pierre et d’os / Bérengère Cournut

Couverture de De pierre et d'os de Bérengère CournutDans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Avis : De pierre et d’os est un enchantement glacé. Dépaysement total, direction l’Arctique ! Un premier roman dans cette contrée géographique pour moi. Entre roman et recherches ethnographiques, Bérengère Cournut nous fait découvrir une région que l’on croît connaître et un peuple dont les stéréotypes recouvrent malheureusement une culture pourtant d’une richesse inouïe ! Un roman initiatique.

Le lecteur est plongé dans une nature polaire, incroyablement belle et hostile. Notre imaginaire est sur-stimulé, à coup de chants, dont Bérengère Cournut retranscrit les paroles au fil des pages, et de tabous, ces rituels à ne surtout pas transgresser au risque de menacer la communauté et sa survie. On devient chasseur, aux aguets aux côtés des protagonistes dont la survie dépend de ce que la nature veut bien leur offrir pour se nourrir. L’authenticité de ce roman fait froid dans le dos : leurs conditions de vie, leurs traditions et coutumes, leur concept de la famille, leur quotidien sans l’idéaliser. On questionne notre rapport à la nature, ce qu’elle nous donne et tout ce qu’on lui prend. On questionne nos rapports aux autres et la sincérité des relations qui se tissent.

Berengère Cournut n’a pas choisi l’Arctique et son peuple comme simple décor, elle nous raconte sans détours, dans un style brute, haché, sans fioritures, la vie dans l’Arctique. De pierre et d’os est l’initiation de l’héroïne, Uqsuralik, une adolescente brutalement séparée de sa famille, qui survit et se reconstruit dans une nature hostile où tout est à construire jour après. On partage de nombreuses années de sa vie, comme un cycle qui se répète au fil des saisons : errance, rencontres, unions, naissances, séparations, chasses, décès,… Il a fallu dix mois d’immersion à l’auteure dans le fonds polaire Jean Malaurie et dans le fonds d’archives Paul-Émile Victor pour s’imprégner d’une culture, d’un mode de vie qu’elle romance magnifiquement.

Puisse ce roman être une Porte d’entrée vers l’univers foisonnant du peuple inuit.Bérengère Cournut

Que Bérengère Cournut se rassure, c’est fait ! Une ode bouleversante, passionnante et envoûtante du peuple inuit.

Roman publié aux éditions Le Tripode.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *