Dernier meurtre avant la fin du monde / Ben H. Winters

Dernier meurtre avant la fin du monde / Ben H. Winters

Couverture de Dernier meurtre avant la fin du monde de Ben H Winters aux éditions Super 8Résumé : Concord, New Hamsphire. Palace est ce qu’on appelle un flic obstiné. Confronté à une banale affaire de suicide, il refuse de s’en tenir à l’évidence et, certain qu’il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête. Hank sait pourtant qu’elle n’a pas grand intérêt puisque, dans six mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d’exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. Aussi chacun, désormais, se prépare-t-il au pire à sa façon. Dans cette ambiance pré-apocalyptique, où les marchés financiers se sont écroulés, où la plupart des employés ont abandonné leur travail, où des dizaines de personnes se livrent à tous les excès possibles alors que d’autres mettent fin à leurs jours, Hank, envers et contre tous, s’accroche. Il a un boulot à terminer. Et rien, même l’apocalypse, ne pourra l’empêcher de résoudre son affaire.

Avis : Henry Palace rêve depuis toujours de faire partie de l’équipe des inspecteurs de la Police de Concord. Et son rêve vient tout récemment d’être exaucé… suite à la vague de désertion et de suicide massif qui a suivi l’annonce de la fin du monde. Mais pour Henry, ce métier est une passion, une vocation, et ce qui lui permet de tenir face à l’inéluctable. Et il le sait, il le sent, ce corps qu’ils viennent de retrouver pendu dans les toilettes d’un MacDonald n’est pas normal. Ce n’est pas un énième suicidé, mais un meurtre. Mais dans la « ville des pendus » allez prouver cela sera bien difficile. Car en effet, pourquoi se donner la peine de tuer quelqu’un à la veille de la fin du monde ?

Malgré un contexte original, l’intrigue policière de Dernier meurtre avant la fin du monde reste, elle, très classique. Henry va remonter le fil de la vie de Peter Zell, ses dernières heures, ses passions et convictions, ses amis et sa famille… Trouver des indices, faire des recoupements, tenter de voir clair dans les chausse-trappes et les mensonges. Henry a-t-il raison de croire à ce dernier meurtre ou n’est-ce qu’un moyen de fuir la réalité, d’oublier que la fin est proche ?

Là où Ben H. Winters marque réellement des points, c’est dans cette atmosphère douce-amère de pré-apocalypse qu’il instaure. Le monde tel qu’on l’avait toujours connu touche à sa fin. Maïa, un astéroïde d’une taille telle qu’on n’aurait jamais pu l’imaginer va s’écraser sur la Terre dans seulement quelques mois, détruisant ainsi une grande partie du monde et laissant vraisemblablement l’autre dans un état de dévastation avancé. En réaction, la population se suicide, cherche le réconfort dans les drogues ou la religion, fuit vivre ses rêves avant qu’il ne soit trop tard, fait des paris sur le lieu d’impact de Maïa, imagine des complots gouvernementaux, et certains continuent d’aller travailler tous les jours…

Dernier meurtre avant la fin du monde mêle ainsi polar et science-fiction avec un certain brio, l’auteur proposant un récit mené avec passion par un personnage déterminé. La fin en revanche aurait mérité d’être un peu plus travaillée. L’intrigue sur ce dernier meurtre trouve une résolution et il n’y a pas vraiment d’accroche pour encourager à lire le tome 2. L’histoire sous-jacente révélée au cours du livre est encore trop nébuleuse pour cela.

Roman publié aux éditions Super 8 – Traduit par Valérie Le Plouhinec

logo challenge de l'été 2015logo challenge emprunts de livre

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *