La théorie des poignées de main / Fabienne Betting

La théorie des poignées de main / Fabienne Betting

Couverture de La théorie des poignées de main de Fabienne Betting

Antoine Cavallero, jeune étudiant en statistiques, a choisi pour son doctorat un sujet peu conventionnel : la Théorie des poignées de main, ou l’idée selon laquelle nous connaissons tous quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un… pouvant nous relier à n’importe quel individu sur notre planète via six degrés de séparation. Mais ce séduisant postulat est-il exact ? C’est ce qu’Antoine s’est mis en tête de prouver.
Alors qu’il présente ses recherches à l’occasion d’un colloque, un grand professeur, irrité par son arrogance, le met au défi de mettre sa théorie en pratique. Antoine devra retrouver un individu choisi au hasard et démontrer que seules cinq personnes les séparent.
Piqué au vif, l’étudiant accepte et se lance à corps perdu dans un tour du monde fou et trépidant qui le mènera de Corfou à Bari en passant par Hô Chi Minh-Ville, Atlanta et Genève.

Avis : La théorie des poignées de main, plus connue sous le nom des 6 degrés de séparation m’a toujours fascinée… et en même temps laissée extrêmement dubitative. Vous imaginez, cela signifierait que les plus grandes personnalités, des acteurs en passant par les politiques, sans oublier les grands criminels serait en réalité à la portée de tout un chacun, à la condition qu’il parvienne à retrouver le chemin de personnes qui les relie.

Et bien, cette théorie, c’est justement le sujet de ce roman. Provoqué par un empêcheur de tourner en rond, Antoine, jeune étudiant en mathématique, va devoir en prouver la validité, plus sur le papier mais en partant lui-même à la recherche d’un inconnu, un orphelin de la guerre du Vietnam. Puis, s’il parvient à le retrouver, il devra remonter la chaîne de 5 personnes qui les relie.

La théorie des poignées de main est un petit roman plaisant à lire, léger, plein de bons sentiments, parfait pour la plage cet été. Tout y est toutefois un peu trop facile et lisse pour moi, plutôt habituée des polars tortueux et des cycles de fantasy tentaculaires. Comme par exemple la façon providentielle dont Antoine acquiert le sponsor de son défi, sans lequel il aurait au moins dû lancer une campagne de crowfunding pour subventionner son voyage. On aimerait tous que cela se passe comme ça dans la vraie vie !

Mais La théorie des poignées de main est avant tout une aventure humaine. Après avoir rencontré tant de gens d’horizons divers, des foisonnantes rues d’Hô Chi Minh au gigantisme des États-Unis, après avoir appris à connaître la vie extraordinaire de sa « proie », Antoine reviendra changé de son voyage.

Et même si cette théorie me laisse toujours aussi dubitative, là n’était pas vraiment le but de Fabienne Betting. J’ai en tout cas été contente d’en apprendre plus, de connaître son origine et de me voir confirmer qu’aussi jolie soit-elle, la théorie des poignées de main n’a en effet jamais été prouvée !

Roman publié aux éditions Les escales (Domaine Français)

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *