Knots and crosses / Ian Rankin

Knots and crosses / Ian Rankin

couverture de knots and crosses de ian rankinInspecteur Rebus, Tome 1

‘And in Edinburgh of all places. I mean, you never think of that sort of thing happening in Edinburgh, do you…?’
‘That sort of thing’ is the brutal abduction and murder of two young girls. And now a third is missing, presumably gone to the same sad end. Detective Sergeant John Rebus, smoking and drinking too much, his own young daughter spirited away south by his disenchanted wife, is one of many policemen hunting the killer.
And then the messages begin to arrive: knotted string and matchstick crosses – taunting Rebus with pieces of a puzzle only he can solve.

Avis : Knots and Crosses n’est pas qu’un bel objet, il contient aussi une préface pleine d’autodérision par Ian Rankin lui-même, et la première histoire de L’inspecteur Rebus.

J’ai tout aimé dans cette œuvre. L’imbroglio familial, les croisements des différentes enquêtes et le côté puzzle à reconstruire – autant de la mémoire de l’inspecteur qu’il perçoit par bribes, que de l’enquête à proprement parler.

John Rebus est divorcé. Il a une ado, Samantha, avec qui il entretient une relation difficile et épisodique, et un frère, Michael, hypnotiseur connu, avec lequel il n’a plus vraiment de lien. Il reçoit des messages anonymes du genre « there are clues everywhere » et de petits bouts de corde noués à des allumettes, qu’il ne prend pas du tout au sérieux. En tant qu’anti-héros, il se pose là. Il coucherait avec tout ce qui le laisserait faire et il boit. De plus, niveau travail, il n’a pas que des méthodes politiquement correctes. Son passé, qu’il essaie de refouler, entrave sa vie sexuelle, et sa solitude lui pèse.

J’ai pourtant sauté à pieds joints dans cette vie tristounette, car en quelques mots Ian Rankin dresse un portrait, une situation, une action avec un côté pince sans rire qui fait mouche. Il distille les informations sur le passé de Rebus dans l’armée. Il nous appâte avec le fait qu’un journaliste, Jim Stevens, s’informe sur son frère et sa possible implication dans un trafic de drogue.

L’évolution de l’enquête est sinistre à souhait, les implications des deux Rebus (moi aussi je fais des jeux de mots 🙂 ) sont découvertes et la fin est un vraie fin comme je les aime. D’ailleurs on apprend dans la préface que Knots and crosses n’était pas prévu comme une série, mais bien comme un stand alone.

J’ai maintenant hâte de poursuivre et de voir où sa dépression et son mal être vont mener Rebus (rhoo la vilaine !).

Roman publié aux éditions Orion
Knot and crosses est paru en français sous le titre L’étrangleur d’Edimbourg aux éditions Le livre de poche

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Poche Ebook VO

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *