Underground Airlines / Ben H. Winters

Underground Airlines / Ben H. Winters

Couverture d'Undergroung Arlines de Ben H WintersAmérique. De nos jours. Ou presque.
Ils sont quatre. Quatre États du Sud des États-Unis à ne pas avoir aboli l’esclavage et à vivre sur l’exploitation abjecte de la détresse humaine. Mais au Nord, l’Underground Airlines permet aux esclaves évadés de rejoindre le Canada. Du moins s’ils parviennent à échapper aux chasseurs d’âmes, comme Victor. Ancien esclave contraint de travailler pour les U.S. Marshals, il va de ville en ville, pour traquer ses frères et soeurs en fuite. Le cas de Jackdaw n’était qu’une affaire de plus… mais elle va mettre au jour un terrible secret que le gouvernement tente à tout prix de protéger.

Avis : De Ben H. Winters, je ne connaissais que sa trilogie Dernier meurtre avant la fin du monde, dont je n’ai encore lu que le premier tome. Mais je n’ai pas voulu attendre pour découvrir cet Underground Airlines, tant le pitch de ce thriller uchronique me paraissait prometteur, et je n’ai pas du tout été déçue !

Underground Airlines prend place dans une Amérique alternative où la guerre de Sécession n’a jamais eu lieu… et où l’esclavage n’a donc jamais été aboli. Suite à l’assassinat d’Abraham Lincoln en 1861, le Congrès a signé un compromis, maintenant l’esclavage dans les États où il était encore en vigueur, les Hard Four, mais empêchant son extension ailleurs.

L’auteur présente une Amérique où la violence ne fait même pas semblant de se cacher, où un député peut-être assassiné pour ses opinions anti-esclavagiste sans que personne n’attende autre chose. L’atmosphère est lourde et poisseuse, imprégnée de désespoir et de fatalité, d’inhumanité. Ben H. Winters décrit une société qui cautionne la négation de tout un peuple, un peuple relégué au rang de marchandise, quantifiable, mesurable, vendable, exécutable. Il met l’Amérique face à ses contradictions, présente l’iniquité d’un système corrompu à la base. Underground Airlines décrit une Amérique qui se noie dans son hypocrisie.

L’autre point particulier du roman est que son héros est un homme noir qui traque d’autres hommes noirs. Ancien esclave lui-même, Victor paie un prix élevé pour sa liberté. C’est un homme tourmenté, moralement ambigu, qui tend à se déshumaniser pour combattre ses peurs et sa honte. La douleur et les souvenirs le hantent, et il est prêt à tout pour ne pas les retrouver. Sa dernière mission l’entraîne à infiltrer l’Underground Airlines afin de retrouver un jeune esclave qui est parvenu à s’enfuir d’une plantation textile. Mais dès le départ, les pièces du puzzle sont faussées et Victor devra affronter ses démons s’il veut comprendre le jeu de dupes dans lequel il a été entraîné, et peut-être, avoir une chance d’en sortir vivant.

Un roman prenant et terriblement efficace, qui pousse à s’interroger sur ce qu’il se passe de l’autre côté de l’Atlantique. Pas dans un monde alternatif. Ici, et aujourd’hui.

Roman publié aux éditions ActuSF (Perles d’épice) – Traduit de l’anglais (US) par Éric Holstein
Prix Sidewise 2016 de la meilleure uchronie

logo du challenge prix litteraires en sfff
 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook VO

21 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *