Un été sans dormir / Bram Dehouck

Un été sans dormir / Bram Dehouck

Couverture de Un été sans dormir de Bram DehouckC’est arrivé près de chez vous, un été étouffant, à Windhoek, petit village belge sans histoire…
Jusqu’au jour où la municipalité fait installer des éoliennes. Ce bruit de pales ! Flap, flap, flap. Le boucher en perd le sommeil. Plusieurs nuits d’insomnie et il pique du nez dans sa spécialité, une recette dont les clients raffolent. Dès lors, par un effet domino aussi logique qu’absurde, les catastrophes s’enchaînent, les instincts se libèrent, et les vengeances s’exercent… Pour le pharmacien, les amants cachés, le jeune désœuvré ou la femme du facteur, rien ne sera plus pareil à Windhoek.

Avis : Déjà, ce qui attire dans Un été sans dormir, comme dans chaque livre des éditions Mirobole, c’est cette magnifique couverture, et son touché velours. Celui-ci nous entraîne ensuite dans une comédie noire et grinçante, que ne bouderont pas les amateurs d’humour noir, et qui n’a pas été sans me rappeler l’excellent film Les nouveaux sauvages.

Nous sommes à Windhoek, petit village flamand ordinaire, où tout le monde connaît tout le monde, et où règne l’harmonie. En apparence… Car le jour où la municipalité y fait installer un parc d’éoliennes va révéler les failles de ce microcosme, les petites jalousies, les mesquineries, les mensonges et les médisances… Jusqu’à faire exploser le taux de mortalité de cette petite commune d’ordinaire pourtant si paisible.

Cela commence avec le boucher, la star de Windhoek, créateur du fameux Pâté Bracke, qui ne parvient plus à dormir à cause du bruit des pales. Une insomnie qui inaugure une implacable réaction en chaîne, un effet papillon qui va peu à peu atteindre les autres habitants, révélant la violence, la méchanceté, l’absurdité tapies en eux. Sous la plume de Bram Dehouck, le tragique se mêle au cocasse, la tension se fait de plus en plus vive au fil des pages et le malaise devient étouffant.

Avec sa galerie de personnages croqués avec acidité ou tendresse (oh ! petite Saskia !), son scénario millimétré et inexorable, vous ne pourrez plus lâcher le roman, tant Un été sans dormir se lit d’une traite. À découvrir !

Traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuèle Sandron

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

8 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *