La petite fille du phare / Christophe Ferré

La petite fille du phare / Christophe Ferré

couverture du roman la petite fille du phare de christophe ferreLe temps d’une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac’h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur.
Mais au retour, un berceau vide les attend.
Aucune trace d’effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s’ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d’un enfant, Elouan, un père souvent absent…
Les pistes se multiplient mais l’enquête n’avance pas.
Pourtant, près d’un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l’emporte sur l’incompréhension.
Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n’est pas sa sœur…

Avis : Ce livre, qui est pourtant un bijou de suspense et de rebondissements, ne m’a pas émue.

La petite fille du phare est extrêmement bien construit, il y a des rebondissements à la pelle et l’intrigue est haletante. En effet, Morgane, son mari Elouan et leur fils Arthur, se sont vus enlever Gaela, leur bébé de 10 jours.
Cette disparition entraine des recherches dans leur passé respectif et bien sûr, des zones d’ombres surgissent : amants, maîtresses, mort d’une première petite fille… Les parents sont bientôt suspectés et de nouveaux indices (ADN, lettres anonymes, descriptions des voisins, des amis…) nous soumettent à des montagnes russes de l’expectative. Il n’y a pas moins d’une quinzaine de rebondissements, très bien amenés, entre autre, par la journaliste blogueuse, Léa, qui lie connaissance avec Morgane.

On devrait donc passer du répit, quand d’autres personnages que Morgane sont mis en cause, à l’abattement, lorsque l’étau se resserre autour d’elle. Pour moi, il n’en a rien été. J’ai continué de lire cette enquête, mais pas parce que l’auteur avait réussi à créer l’empathie nécessaire envers son personnage de mère courage, mais plutôt pour savoir le fin mot de l’histoire. Et la fin est effectivement bien surprenante et vaut le détour.

Il reste que la pression sur cette femme vient notamment de l’utilisation des légendes celtes et druidiques, des paysages de mers déchainées et du vocabulaire (ombre, allée des korrigans, folklore, secret de la lande, rocher de la fée…) et de ses ombres passées. Mais qui ne sont pas si terribles que ça. Et son personnage de victime, ne m’a jamais émue et ne m’a surtout jamais paru suffisamment crédible.

La petite fille du phare est donc une très bonne lecture pour décortiquer une enquête, voir les dessous d’une affaire ou admirer le génie des péripéties de Christophe Ferré. Mais pas pour s’attacher à ses personnages.

Roman publié aux éditions L’Archipel

 

Je me fais mon avis

Ce livre vous intéresse et vous souhaitez soutenir le blog ? Passez par un des liens Fnac ci-dessous pour votre achat, cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra d’aider à financer le blog (en savoir plus) :

Broché Ebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *